Le désir d'Althéa

il y a
2 min
150
lectures
14

"She wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess, half hell." -Nikita Gill  [+]

Althéa errait, nue, dans la chambre vide
Sur le trône glissaient des vêtements esseulés
Son corps blanc palpitait, elle se mit à danser
Et glissèrent de ses lèvres des paroles avides :

"Ainsi il me faut faire le deuil de ton corps
Ton silence m'est une peine embrassant l'infini
Il me darde, me transperce, et rue, comme tu le fis
Quand nous deux enlacés ne formions qu'un seul corps

Je suis reine, pourtant, que tu te le dises !
Et tu dois être à moi, puisque tu m'attises !
Puisque je te veux, tu ne peux qu'être mien,
Tu poseras encore tes lèvres sur mes seins !
Mon corps sera pour toi un charnel bijou
Mes doigts seront tes bagues, mes jambes ton collier
Tu boiras encore mon parfum à mon cou
Encore tu mangeras ma bouche de baisers

Puisque je te veux, tu ne peux qu'être mien,
Tu poseras encore tes lèvres sur mes seins !
Encore tu ôteras de mon corps tout tissu
Et ton torse, ô éphèbe, sera mien, sera nu !
Tes muscles sous mes mains chanteront ton désir
Ton souffle dans mon cou balbutiera ton plaisir

Puisque je te veux, tu ne peux qu'être mien,
Je brûlerai encore sous le feu de tes reins !
Tes lèvres embrasseront chacun de mes pétales
Mes mains ceignant ton front seront couronne ! Mâle,
Tu n'as pas d'autre choix, tu es mon prisonnier,
Je suis reine, souviens-t'en, et je veux tes baisers !

Puisque je te veux, tu ne peux qu'être mien,
Je brûlerai encore sous le feu de tes reins !
Je ne veux pour habit que ta peau sur ma chair
Je veux voir dans tes yeux que je suis l'univers !
Ces veines qui palpitent, papillons sur tes bras,
Je les attiserai au feu de mes dix doigts...

Je le prédis, bientôt, tu rêveras de moi
Car j'ai Dieu en mon coeur et les anges avec moi
Car j'ai l'amour au ventre et la passion au sang
Car Dieu sait que l'étreinte qui unit ses enfants
Produit au coeur de l'Homme du Puissant et du Beau
Et tire nos corps comme nos âmes vers le haut

Et si on ne m'exauce, j'irai voir le Chaos !
J'irai voir les démons, éternelles sentinelles
De ces anges déchus, je recoudrai les ailes
Et je leur parlerai du parfum de ta peau

Je leur décrirai en détails ton regard
Comme le plaisir s'en écoule, nectar...
Je leur raconterai tout de nos corps à corps
Et je regarderai dans tout l'Enfer éclore
Un vent de perdition pour accueillir l'aurore

Ton nom résonnera dans les tréfonds du monde !
Il jaillira partout au royaume de l'ombre !
On peindra ton visage au ventre des succubes
Je graverai ton corps dans l'âme des incubes
Et cette armée brûlante se lèvera pour moi
Je suis reine, souviens-t'en, et mon désir fait loi !

Les démons porteront en tes rêves mon image,
Tu n'auras qu'une pensée, un désir : mon visage
Tu me voudras à toi : et tu seras à moi !

Je t'attendrai ici, déesse et chasseresse
Pendant que de noires ailes te guident jusqu'à moi
Je chanterai de joie d'être ainsi pécheresse !"
14

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !