252 lectures

141 voix

En compétition

Nous l’aimions tellement notre prof de français
De latin et de grec, le printemps s’annonçait,
C’était au mois d’avril, une fin de semaine
De l’an quarante-quatre où tous les samedis
Ce jour redouté où il rendait nos copies,
C’était un rituel qui tenait en haleine
Les trente-six garçons car deux étaient absents,
Sans jamais revenir depuis le jour de l’an,
Tous les deux étaient juifs, en était-ce la cause ?
En tout cas notre prof n’en avait touché mot.
À bien le regarder nous le trouvions tout chose,
Ce jour-là, bien campé derrière son bureau
Il semblait soucieux alors qu’à chaque classe
Il était souriant en commençant son cours.
Il avait revêtu une veste en velours,
Comme s’il s’apprêtait à partir à la chasse,
Un béret remplaçait son feutre à large bord.
Comme si rien n’était d’un regard circulaire
Il nous dévisagea, je me souviens encore
De la leçon de grec portant sur la grammaire,
Dix minutes restaient avant la sonnerie,
De son cartable en cuir il sortit les copies
De la version latine et puis d’une voix haute,
Comme à son habitude il annonça les notes :
« Roncayolo, dix-neuf, toi, Raymond Jean, dix-huit,
Très bien mais il faudra revoir le prétérit. »
Pour la première fois, autant qu’il m’en souvienne,
Aucun élève n’eut en dessous la moyenne,
C’était comme un cadeau, on le comprit plus tard
Quand il se mit debout devant le tableau noir,
Ses mains sur le pupitre il restait immobile,
Nous comprîmes, alors, qu’il ferait un discours :
« Ce que je dois vous dire est pour moi difficile,
Aujourd’hui, treize avril, c’était mon dernier cours,
Les Pâques terminées vous aurez à ma place
Un nouveau professeur qui arrive d’Alsace,
Une terre meurtrie par de nombreux combats
Quand Prussiens et Teutons franchissent la frontière,
L’histoire se répète, on n’y échappe pas.
Peut-on penser qu’un jour il n’y ait plus de guerre ? »
Il était tout tremblant, ses propos nous troublèrent.
« Bretons, Lorrains, Gascons, Marseillais, Parisiens,
Nous avons un trésor, c’est la langue française,
Vous qui avez choisi le grec et le latin,
Vous connaîtrez des mots leur sens par leur genèse,
S’il s’agit d’un mot grec, c’est l’étymologie,
Que vous saurez écrire en oubliant le H.
Je sais, vous vous moquez souvent de ma moustache,
Retenez que ce mot vient du grec mustaki. »

Il n’avait pas perdu son sens humoristique
(Je m’en souviens toujours quand chante Moustaki)
Cette façon à lui d’un genre didactique
Comme ultime clin d’œil lors de son dernier cours.
« Voilà juste sept mois que je vous fais la classe,
Quiconque mieux que moi, professeur principal,
A pu vous observer, je vois tout de ma place,
Quiconque mieux que moi, lisant votre travail
Dans ma salle à manger sur le coin de la table,
Vous connaîtrait par cœur, sans vos dissertations.
Dans la troisième A, chacun, à sa façon,
Réussira sa vie car il en est capable.
Surtout ne changez pas, soyez de bons Français,
Aimez bien notre langue et vous serez peut-être,
Pareil à votre prof, un professeur de lettres
Et, en signe d’adieu, voulez-vous vous lever ? »
Troublés et silencieux, nous étions en alarme.
Il sortit son mouchoir comme pour se moucher
Mais, nous, nous savions bien qu’il essuyait des larmes.
Alors, il nous tourna le dos
Et écrivit sur le tableau
En grec, en latin et en français :
VIVE la FRANCE !


Ce n’est qu’à la fin juin que parvint la nouvelle,
C’est notre professeur qu’on nommait « l’Alsacien »
Qui nous la révéla : « Messieurs, je sais combien
Vous aviez pour Monsieur Frédéric Escabelle
(C’est vrai je n’avais pas encor cité son nom)
Outre un profond respect une grande affection,
Je suis navré, je l’ai su ce matin par sa femme,
Votre prof de français est décédé mardi,
Il y a donc six jours mais elle n’a pas dit
De quoi il était mort, je partage ce drame,
Voulez-vous vous lever et rester silencieux
Pendant une minute où il nous voit des Cieux. »
Nous autres nous savions que monsieur Escabelle,
Laïque convaincu, ne croyait pas en Dieu,
C’était à nous de croire en une vie nouvelle
Où il enseignerait aux anges le latin.

C’est au cours du mois d’août, nous étions en vacances,
Quand l’armée alliée débarqua en Provence,
Que nous avons appris le tragique destin
De notre professeur, entré en résistance,
Lâchement fusillé parmi des lycéens,
Près de la Sainte-Baume au village de Signes
Sur le mur d’un vieux mas, devant un champ de vignes.

Au tout début d’octobre une cérémonie
Où Proviseur, Préfet, Recteur d’Académie
Siégeaient sur une estrade ornée de tricolore
Dans la cour du milieu dite la Cour d’Honneur,
Rangés sur les côtés étaient les Professeurs,
En face les parents venus pour qu’on honore
Frédéric Escabelle et les six lycéens,
Héros de la Patrie et de la Résistance
Dont le seul grief fut de trop aimer la France.
Brassard noir au bras droit, nous autres les anciens,
Placés face au public en dessous la tribune,
De cette troisième A qui, par pure fortune,
Étions les tout derniers, lors de son dernier cours,
À l’avoir vu vivant, tourmenté, pathétique,
Ignorant son destin glorieux et tragique,
Leitmotiv revenant dans chacun des discours.

__

Tirée de faits réels cette fiction est un hommage aux élèves du lycée Saint-Charles de Marseille, membres du MUR (Mouvements Unis de la Résistance) fusillés à Signes en août 1944 par les Allemands, et peut-être inspirée par la dernière classe (Contes du lundi) d’A.Daudet.

PRIX

Image de Printemps 2020

En compétition

141 VOIX

CLASSEMENT Poèmes

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Oriole Lekeugo
Oriole Lekeugo · il y a
Beau poème, vous avez mes 3 voix. Je vous invite à jeter un coup d'oeil sur mon texte en cliquant sur mon nom. Bonne continuation
Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Bravo Georgio ! J'ai adoré vous lire. Vous avez mes 5 voix.
Je vous invite à faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Bravo Georgio, j'adore votre style! Très beau hommage, vous avez toutes mes voix!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Leno Le Senghorien
Leno Le Senghorien · il y a
Joli hommage !!!


Félicitations vous avez mes trois voix


Je vous invite à lire et si ça vous plaît voter pour mon texte que voici
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/jaurais-du-la-connaitre-avant-de-jugerttps://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/jaurais-du-la-connaitre-avant-de-juger

Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Très bel hommage! Vous avez bien structuré votre texte. Toutes mes félicitations!
Vous avez mon soutien et bonne chance pour la suite.
En passant, Je participe au "Prix des jeunes écritures 2020" et je vous invite à découvrir mon oeuvre:https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/mesaventures-nocturnes et à me soutenir. Merci d'avance.

Image de Leno Le Senghorien
Leno Le Senghorien · il y a
Désolé mais je dois vous informer que votre lien ne mène pas à votre texte, veuillez revoir.

Vous avez voté pour moi et je voulais vous rendre pareil mais en vain.

Veuillez vérifier..

Image de Boubacar Diallo
Boubacar Diallo · il y a
Long mais beau. Toutes mes voix cher Giorgio.
Je vous invite aussi à lire mon histoire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-l-amour-au-trepas-une-mere-morte-1
Et à voter pour me soutenir!!!

Image de Katawa Jude Segou
Katawa Jude Segou · il y a
Ma très très très courte œuvre intitulée "D'une triste réalité à un étrange rêve" disponible en ligne depuis plus 6 jours et 8 heures - «Suis-je dans le noir ou ... - Short Édition https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/dune-triste-realite-a-un-etrange-reve

Une excellente autre opportunité pour mettre à bas le stress c'est la lecture des œuvres littéraires par lesquelles on peut facilement s'évader, surtout en cette période.
Merci bien. Lisez, faites vos remarques, et si vous avez aimé, vos votez. Belle Évasion.

Image de Katawa Jude Segou
Katawa Jude Segou · il y a
Trop touchant. Vous nous rappelez,en guise de dénonciation, cette triste et méchante facon d'exécution. Merci pour l'hommage fait!
Image de Tarek Bou Omar
Tarek Bou Omar · il y a
Je vous soutiens avec mes 5 voix :). Si vous avez un peu de temps, je vous invite à voter pour mon texte en compétition pour le Prix des Jeunes écritures : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-soleil-s-eteint-sur-mon-destin-1?all-comments=1#fos_comment_comment_body_4242995. Merci d'avance !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Émouvant 🤗

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème