Le Démon

il y a
1 min
2 429
lectures
274
Finaliste
Public
Image de Eté 2016
Les cloches infernales de l'horloge, silence
Douloureux qui résonne au creux de l'âme frêle,
Digue des passions, s'échine sans violence :
Memento Mori ! Sinistre chute de grêle,

L'Orage sans fin qui nous tourmente : Tictac.
Le froid hivernal s'abat et creuse nos flancs,
D'un magma salvateur, du Cocyte le lac,
Ce monstre s'insinue pour nous ronger les sangs.

J'ai longtemps vécu sous d'opalescentes nues,
Hanté par le Démon de nos vies éphémères,
Maladive obsession d'un destin doux-amer,
La lente agonie d'une existence ténue.

Même les ardents châtiments soumis par l'Enfer,
Ne sauraient me détourner de ma folle quête :
Défier résolument le fourbe Lucifer,
L'élixir éternel ma finale conquête.

Je crains la Mort aussi sûrement que la Vie,
Et le Spleen me submerge d'inquiétudes et d'envies,
À tirer bêtement des plans sur la comète,
J'en forge une fine tragédie du Poète.

Être ou ne pas être, diable quelle importance !
Le Temps consume à petit feu nos pâles écorces,
Nous condamne à une inéluctable sentence :
Celle de l'existence le fatal divorce.

Je rêve d'utopie, le paradis sur terre,
Sans jamais détenir la moindre idée féconde,
Je médite sur la nature de l'Ether :
Il y a comme une ambiance de Fin du Monde.

Faucheuse, ta venue prochaine me torture,
J'augure douce et silencieuse délivrance,
La promesse d'un repos sans peur ni souffrance,
Pourvu que ma dépouille ait forte belle allure.

274

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !