Le crépuscule des vieux

il y a
1 min
465
lectures
266 voix
Finaliste
Jury

J'habite en Gascogne, dans les vallons d'oxygène du Gers. J'ai publié 4 recueils de poèmes d'amour, d'humour, d'humeur. J'ai plusieurs passions, dont l'écriture, le sport, le jardinage, le  [+]

Image de Été 2021
Le soleil d'autrefois, las d'être mon hiver,
Émiette sur ma peau ses taches de vieillesse
Et vient ternir mon corps sous mon œil entrouvert,
Qui cherche dans les nues les ciels d'antan en liesse.

Dans les faisceaux du temps j'existe à contre-jour
Telle une fleur fanée, qui secoue ses pétales
Pour se débarrasser de ses membres trop lourds,
À l'approche tendue du dernier récital.

Les haillons de la vie déshabillent mes rêves
Et jettent ma mémoire avec le linge sale,
Les vieux souvenirs fuient la menace du glaive
Suspendu au-dessus d'un néant abyssal.

Quand mon ombre s'évade, affranchie par la nuit
Sous la jupe des arbres, un fouet de branches basses
Cingle ma peau flétrie par la peur et l'ennui
Et rappelle à mes ans le poids de ma carcasse.

Le destin suit son cours comme un chien suit son maître
Et efface les pas de mes sœurs de hasard
Dans un monde où l'amour a fermé ses fenêtres ;
Je me retrouve seul, fantôme d'homme épars.

Les baisers de la vie, papillons éphémères
Perdus dans l'illusion d'une inconsciente fuite,
Caressent les années de leurs ailes légères
Sans savoir que demain arrive bien trop vite.

Finaliste

266 voix

Un petit mot pour l'auteur ? 79 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
De jolies notes de crépuscule.
C'est un âge où on sait mieux goûter chaque instant.

Image de Roll Sisyphus
Roll Sisyphus · il y a
Bien trop vite...
Mais demain, quel jour serons nous ?
Merci !

Image de Valérie Vaissaire
Valérie Vaissaire · il y a
Belle maîtrise des alexandrins et un clin d'œil à Wagner...! J'aime beaucoup
Image de Romane Claren
Romane Claren · il y a
Beaucoup de justesse et d'émotion dans ce poème.. de bien belles images aussi..
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Nostalgie sans amertume... Cet homme est un sage !
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Un très joli titre qui accroche le regard, retient l’attention, éveille l’intérêt, un poème fort émouvant empreint de gravité et de tristesse aussi qui nous conte les illusions perdues, les dernières heures d’un vieil homme, nous emmène au crépuscule de sa vie. Une composition infiniment musicale, en effet papillon par le jeu des sonorités, des résonances, dans "néant abyssal" j’entends habit sale qui fait écho à "linge sale". Un bouquet de cœurs et tous mes vœux Gérard pour la suite des événements.
Image de Gérard Pinson
Gérard Pinson · il y a
Wow ! Mais quel commentaire avisé et argumenté ! Je viens d'avoir une suée de bonheur à te lire. Je ne crois pas te l'avoir dit, ni à personne d'autre d'ailleurs, alors je vais te faire une confidence : je me suis mis dans la peau de mon père, encore en vie à 95 ans. Il va bien mais faiblit un peu plus chaque jour et se détache doucement du monde.
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Merci pour cette confidence, ce lien filial qui unit, attache, rend ce poème d’autant plus vivant, vibrant, éclaire tendrement ce portrait fidèle au modèle… original.
Longue vie à votre père, que la vie lui soit douce et paisible, que le ciel lui soit serein et le temps clément, que les instants de bonheur durent longtemps…
et d’années en années, de mois en mois, de jour en jour, de nuit en nuit, de l’aube à l’aurore, de l’heure bleue au crépuscule, le destin, la destinée, la Providence sur la route du Temps le conduise tout doucement vers ses 100 printemps, l’intronise solennellement au Club très sélect des centenaires.

Transmettez-lui mes meilleures pensées, un papa c’est précieux, on n’en a qu’un, il nous prend par la main, nous conduit sur le chemin et quand il s’en va
au loin, on devient orphelin de nos parents. Un patriarche, une matriarche c’est un personnage important, c’est la mémoire du clan familial, le gardien, la gardienne des souvenirs du temps jadis, c’est un phare qui s’éteint, un miroir qui se brise, c’est un rempart qui faiblit, une citadelle qui vacille, un pilier qui chancelle, c’est un mur porteur qui s’effrite, qui s’émiette, un témoin fort garant du passé qui disparaît, présent pour toujours dans notre cœur d’enfant devenu grand.

Image de Gérard Pinson
Gérard Pinson · il y a
Eh bien voilà de la matière pour écrire un nouveau poème ! Bravo et merci.
Image de Laurence Guillemin
Laurence Guillemin · il y a
Le poids des années et "les baisers de la vie" : c'est très beau !
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Derniers rayons de soleil sur les souvenirs alors que le poids de la vieillesse se fait sentir. Nostalgique et beau.
Image de Al. O'WOLF
Al. O'WOLF · il y a
Le temps, seul juge de toutes choses. Bravo !
Image de Serge loquen
Serge loquen · il y a
tout en clair obscure, à lire et relire en prenant son temps

Vous aimerez aussi !