Le corps

il y a
1 min
1
lecture
0
Seul dans son linceul
Couché sans vie
Aucune
Le corps s'en va
éphémère
Et la tombe s'ouvre
Et la terre se referme
Nulle lumière
Nulle sensation
De minute en minute
D'heure en heure
Le corps en dilatation
Un nouveau monde grouille
Et du corps la vie reprend
La terre se nourrit
Et les vers
Et les termites
Les repus s'évanouissent
Le corps
Humide
Gras
Sec
Se métamorphose
Et la terre continue sa digestion
Et le corps et les os, petit à petit, lentement
S'identifient à elle.
Est-ce la fin du purgatoire ?
Pour qu'enfin vive la terre.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,