Le coquelicot

il y a
1 min
114
lectures
23
Qualifié

Je suis un être plutôt instable, un tantinet introverti.Mon gout néanmoins principal va à la poésie, de préférence gaie, limpide, évidente, sans trop de mystère, compréhensible aisément  [+]

Image de Eté 2016
Le coquelicot
Nouveau
Colore la libre nature
Non soumise à la culture.

Ici, en escouade serrée,
La poitrine sanguinaire,
Au clair,
Telles autant de Marianne volontaires.

Là, pour profiter
Vraiment à plein
De l'astre d'airain,
Il a envahi le sommet
D'un antique mur de pierres sèches
Dont il a enraciné toutes les brèches,
En y étendant une légion écarlate
En une étroite et filiforme natte.

Au sommet de la crête du vallon
Qui flirte avec l'intouchable horizon,
Un glacis abandonné à la jachère
Lui sert de parterre, de pied-à-terre,
Sur un écran d'azur clair
Où il explose sa couleur virile
Sur sa tige gracile.

Partout, leurs corolles,
Sous l'archet d'Éole,
Remuent des lèvres carminées
En autant de fluctuants baisers
Que vole toute muse énamourée
Par leur champêtre vénusté.

Rose du pauvre,
Docile mais contrarié,
Le coquelicot se fait vôtre
Pour un fragile bouquet.
Dans un vase, il meurt prisonnier,
Son cœur destiné au grand jour,
Y fond illico en larmes de velours.

Fleur sauvageonne majestueuse,
Aux purpurines œillades
Mettant, aux nues, la chamade,
Tu n'es, par ailleurs, ni gueuse,
Ni quelconque comme le moineau,
Puisque tu attises les esthètes pinceaux.

23

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !