1
min

Le codicille de mes idées

Image de William

William

2 lectures

0

Ils ont je le crains, usés de mon insigne,
Sali bafoué le saint lieu,
Unique tangente irrationnelle victime de mes processions,
Médicaments crémeux rongent mes artères,
Vicaires égaux aux pauvres aveuglements,
Flasque solution, extension certaine de ces présents
Gris profond de désarroi.

Pelleté sans fond,
Désamorcer le recueil trophée d’un non-savoir,
Terre dégagée, os peu saccadés touchent les feuilles,
Ne jamais relire et pourtant s’appauvrir de ses sens,
Incertains pouvoirs troubles magiques,
Ils ne doivent plus creuser,
Arrêter les recherches autour de moi
Je suis mort depuis bien trop de temps,
Ils ne trouveront rien de plus que mes besoins
Toujours présent sur le fond de ma conscience crédule.

Trophée, eau des cimes, fantastiques frissons,
Le pouvoir est toujours là,
Il peut briser les bras du vigoureux bûcheron,
Transformer les disciples,
Arbres enfermés dans le rouleau noirci,
Vie de bon augure ne veut plus rien dire,
Legs transitoire, translucide décompression concédée,
Hérédité, rayonnante comble de confiance.

Arrêter les recherches autour de moi,
Je suis mort depuis bien trop de temps,
Pelleté sans fond, j’ai tout écrit, je le crains,
Désamorcer le recueil, trophée de mon orgueil.

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,