1
min

Le Blues du bayou

7 lectures

3

Louis s'éclate les joues sur un vieux blues
Chapeau melon, costume chamarré
Bretelles pour un large pantalon
Sa trompette pleure les maux d'hier

Les champs de coton au blanc dépoli
De sueur, le sang foncé des aïeux
La liberté, du maitre le fouet
Louisiane, l'Afrique écartelée

Ils arrivaient affamés par bateaux
Déracinés, perdus à la merci
De sauvages négriers, d'exploitants
Détenteurs du droit de vie et de mort

Un trombone, un tuba cabossés
Donnent la réplique au vieux soliste
Petit fils d'esclave qui s'époumone
Style "stalgate" dans une nuit moite

L'immortelle Nouvelle-Orléans
Expurge à l'envie ses meurtrissures
Le jazz est roi, musique éternelle
Aux effluves des beignets de gombo

A tous ceux qui ont souffert de l'esclavage

3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Autant en emporte le vent...
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Alors voilà ! Totalement embarquée par ce blues de la mélancolie ! Les mots sont simples mais ils racontent magnifiquement la triste histoire des esclaves. Dommage que ce poème ne soit pas dans le concours, j'aurais aimé lui donner mes voix.
·
Image de Pilatom Remicasse
Pilatom Remicasse · il y a
Merci de votre attention.
Ce texte a remporté le premier prix d'art et poésie de Touraine en 2018 en catégorie vers libres...
Il n'a pas été retenu par le jury de short !!!
Sans commentaires
Idem pour une nouvelle : Je m'appelle Jacques ....
Bonne journée

·