L'Aube Nue

il y a
1 min
278
lectures
163
Qualifié

  [+]

Image de 2018
Image de Poèmes
Chaque vibration du corps sait le frisson du pétale
qui pleure de ne pouvoir étreindre la fleur.

Sous un soleil indifférent
je tente de dépecer mon cœur de ton absence.
Vouloir t’envoler
plus haut que le rêve du goéland est une douce démence.
C’est pourtant là, loin du bruit, de la fureur,
que je pourrais, peut-être, entendre rire ton cœur.

Comme il me serait doux
de savourer sur ton visage la couleur du ciel,
la mer serait encore plus belle ourlée par nos reflets d’écume.
Je pourrais alors t’inventer des horizons de miel
à faire pâlir la lune et toutes ses demoiselles
ignorant tout de mes vœux
tellement préoccupées à maintenir le ciel.

Mais qu’un vent chaud et doux m’apporte ta nuit
mes rêves aussitôt chahutent avec la pluie
et au moment où ma main croit saisir la tienne
l’aube s’édente
...morsure de mes rêves.

163

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,