l'art évolution

il y a
1 min
4
lectures
0
On m’a dédiée des mots odieux face à mes doléances
Dans ce monde dur où l’on daigne le chacun pour soi
Délicate et douce était pourtant le geste de ma révérence
Lorsque j’ai dit adieu en renonçant a vos lois
Je prône l’autosubsistance dans un monde ou l’on dépense
tandis qu’il se proclame être un état de droit
Déçu et dégoûter je ne prêterais pas allégeance
Pour cette humanité en qui je n’est plus foi

Nous sommes damnée à éré dans un monde diririgé par des dirigeants dérangés
Endoctrinés, puis dominés dépendant du blé sur un un terrain miné
Dommage, mais dorénavant j’irais de l’avant sans attendre dédommagement, le changement c’est maintenant

Toujours bercé sur un rythme en musique,
j’ai besoin de m’évader que mes pensées se dissipent
être disciplinée ne me réserve qu’un avenir prévisible,
c’est inadmissible de finir fervant disciple,
Ceux qui font preuve d’audace sont souvent invisibles,
Participe, anticipe, mais n’attend pas qu’on te félicite
la parole des jeunes ne devrais pas être risible
J’ai des pensée intraduisibles...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !