1
min

L'ange

Image de Pierre Lieutaud

Pierre Lieutaud

18 lectures

3

Il était une fois un ange
aux plumes tordues par les vents,
blotti sur un nuage ,
perdu dans l’immensité des cieux d’automne
où les tresses de feuilles mortes
arrachées aux bosquets
montaient vers les étoiles.
Dieu et ses fées
lavaient le soir à grandes eaux
les longues robes de voiles et de dentelles
souillées par les chemins,
tièdes des corps élancés et doux,
des seins et des ventres d’albâtre,
pour que demain, qui était hier
ou un autre temps, une autre saison
les femmes nébuleuses
éclairent les chemins de ronde
du monde de la nuit.
Un monde hérissé de lances de bois durcies au feu,
à la pointe si fine que les gouttes de sang
ne peuvent s’y cailler,
où les herses flexibles descendues sans un bruit 
séparent dans les lits les couples enlacés
et glissent leurs torsades entre les cheveux et les peaux.
Un monde de cloisons multiples de soieries océanes,
de moucharabiehs parcourus de souffles parfumés,
d’haleine chaude et de cris  rauques.
Il se souvint alors de son départ du fond du ciel,
de la couleur du jour 
violine et rose
et quand il fut recouvert de feuilles sèches,
que sa vue s’éteignit dans l’ombre froissée,
il se demanda pourquoi Dieu
utilisait cette mascarade
pour faire mourir un pauvre petit ange
tout seul sur un nuage blanc.
Il eut tout juste le temps
de se dire que pour une mort si injuste
Dieu ne pouvait qu’avancer masqué,
déguisé en tourbillon de feuilles sèches
afin que les alléluias des temps à venir
puissent encore chanter sa gloire et sa bonté. 
La rosée du soir coula de l’arrondi du ciel,
les feuilles vinrent se coller sur son front mouillé,
ses plumes tordues, son visage  et ses yeux.
Bonjour, je suis la mort,
je viens du sol poussiéreux des grandes plaines.
Elle souleva la poussière du temps qui passe,
se mêla aux tresses de feuilles mortes
et monta avec lui vers le ciel.
Des anges en nombre si grand
que nul ne les pouvait compter
étaient assis sur les bords
des nuages,
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Afa
Afa · il y a
Fini ?
Un délire sucré salé dont bien des associations sont autant d'offrandes au débridé d'un imaginaire bien loti. Mon vote.
- Et glissent leurs torsades entre cheveux et peaux. -

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Des Anges au Paradis, mais le Paradis s'arrête-il aux nuages ?.. Les mystères de la mort...troublant..
·