LAMPE LÉGITIME.

il y a
1 min
0
lecture
0
Ma chair t'a fait convoiter,
Tu ais peur et vous vous en êtes rendu compte.
La première fois que tu m'as embrassé
Tu as aimé ma vague présence et mon absence immatérielle,
Tu as été captivé par mon esprit agité et ma ressemblance avec une fleur de la rivière.
Tu ne me voulais pas, tu voulais juste ma viande,
En toi grandissais un vague sentiment de proximité,
Mon visage s'est coincé dans tes pupilles,
Je t'ai rappelé le parfum des roses les plus pures,
Ma bouche était une lampe légitime,
Mes mots s'attardaient dans ton mémoire.
Tu étais confus quand vous avez touché mon corps en acier,
Un jour de printemps gris, vous avez dit "je t'aime",
Tu m'as donné un poème que tu avais écrit,
Tu ais réalisé que j'étais un pigeon en fuite.
Bientôt, tu as remarqué qu'un manteau de tristesse avait envahi ma vie,
Je n'avais pas changé, mais tu ne savais plus si tu m'aimais...
Tu avais peur de ma viande, et encore plus peur de mon intelligence.
Tu pensais que je pouvais t’aider et tu m'as fait entrer dans ta vie.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !