1 lecture

Il était une fois
Haut parmi les astres
Une romance sans toi
Entre deux castes
Entre deux astres,
Une histoire sans aléa

Ton ensorcelante lumière
Mon phare en la voie lactée,
Ta présence première,
Qui éblouit mon obscurité.
Peux-tu jamais me rencontrer ?
Une lune qui rêve de jours ensoleillés.

A l’aube et tombée de la nuit,
On s’aperçoit,
Mais chaque jour et la nuit qui suit,
Nous déçoit.
Une solitude évidente, un ennui,
Tu ne perçois.

Connais-tu ma flamme,
Que seules des larmes reflètent ?
Devines-tu l’inclination de mon âme,
Et les heures où je m’apprête ?
Ou ignores-tu l’argenté de ma robe
Jusqu’à ce que l’obscurité m’englobe ?

C’est par des larmes dorées
Qu’en cette aurore je te vois
Dans ta douce lumière baignée
Si froide dans son apparat.
Inspiration de ci-bas les passions,
La nôtre étouffe ses émotions.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème