1
min

L'amant à l'écharpe

Image de Mariannedelui

Mariannedelui

1 lecture

0

De sa superbe, mon amant sait porter mon désir.
Un soir sombre et chaud, portant l’emblème de son pouvoir entre mes seins
La république soudain, je laissa se porter entre mes reins.
Le sol bas, plat et rugueux d’un bureau impersonnel et froid,
Sembla pourtant finir par flotter. Il est minuit.

De sa superbe, mon amant porte le son de mes rires.
L’après midi apportant sa lumière, n’était rien face à l’aveuglement de mon amour pour lui
Un souffle, puis deux, puis trois, je retourna dans la pénombre, face à l’abandon, de moi, du monde,
Le laissant m’emmener jusqu’au fond, le fond de l’acceptable.

De sa superbe, mon amant aura su me faire voltiger,
Je balance, humide, touchant, vaillant amant dans ce club échangiste,
Que jamais personne ne peut m’emporter.

Et puis, de sa superbe, je deviens la Marianne de cet amant,
La désirée de l’écharpe,
Et la mélancolique de l’homme occupé.
Parce qu’il n’y a plus un jour depuis cet après midi de mars ou il ne m’a quitté,
L’amant qui est mien, me conduit à devenir sienne,
Et par ce soir où il me pris mon corps,
Par ses va et vient il m’emprisonna,
Pour finir par laisser ma propre raison
Aux démons du sociétal.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,