l'Alexandrine

il y a
1 min
86
lectures
24
A l'ombre des pleurs
Perlés de vert du saule,
Le long du bruissement
D'un ruisseau salvateur,
Vêtue dévêtue
De grâce revêtue
Bras étendus
Horizontal nu
Encre nourricière
Pleins et déliés
Cobra majestueux
Dont j'achèterai même
L'ultime morsure
Pour un regard de
TOI
Souffle de flûte
Par un pâtre psalmodié
Par un barde transporté
Sur le vent des cris de joie,
Chevaux de feu
Effleurant de leurs pas cadencés
La lumière diamantaire,
Troussant de leurs sabots
La Terre assoiffée
Intime et jalousée
Sur une ligne d'horizon voilée
De camaïeu fuchsia
Je veille bien malgré moi
Etreignant la brise et chantant
Pour toi
L'Alexandrine fille d'Alexandrins
Une joue, soleil en rayon
Une joue, lune en moissons
Et sous les palmes des sourcils
Destin passion...
24

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !