L'aïeule

il y a
1 min
3 534
lectures
2252
Lauréat
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce pantoum en quatre strophes propose une suite de métaphores parlantes, très mélancoliques. Un tableau triste au rythme lancinant, rond, et

Lire la suite

J'écris parce que je ne sais pas lire.  [+]

Image de Été 2018

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

À cette heure indécise où l'ombre bleue s'allonge, 
La ville devient grise et se mure de noir. 
Sortie de nulle part, comme brume de songe, 
Sa frêle silhouette erre transie le soir.

La ville devient grise et se mure de noir,
Amnésique aux douleurs, la rue s'endort atone.
Sa frêle silhouette erre transie le soir.
Vestale de son deuil, la veuve meurt d'automne. 

Amnésique aux douleurs, la rue s'endort atone.
Les jours heureux perdus pleurent dans un tiroir.
Vestale de son deuil, la veuve meurt d'automne,
De l'absence a fleuri la mort, raison d'espoir.

Les jours heureux perdus pleurent dans un tiroir.
Demain n'est déjà plus. Ce soir l'aïeule plonge,
De l'absence a fleuri la mort, raison d'espoir,
À cette heure indécise où l'ombre bleue s'allonge.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce pantoum en quatre strophes propose une suite de métaphores parlantes, très mélancoliques. Un tableau triste au rythme lancinant, rond, et

Lire la suite
2252

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !