La ville tue

il y a
1 min
141
lectures
18
En compétition

L'écriture est un leurre, un regard discordant sur le monde et ses multiples possibles  [+]

Image de Été 2020

Je sais
À travers les façades ternes
Aux volets mi-clos
Entre les briques rouges se fissure
Le ciment des âmes
Qu’au loin baignent les rues
De lacets distordus
Vers les segments osseux
Et les tours ancrées défiant l’horizontal
Aux jambes lisses s’élèvent
Pleines de promesses
Vers un ciel désaxé
Et les globes occultés se reflètent en miroir
Sur les vitres bleuies
De cités démentielles
Dans l’effervescence des jours glauques
Où s’étalent les écueils
Le long d’artères à l’agonie
Sales
Et les étals démesurés
Au rythme de la fourmilière
Immuable

Je sais
Les scories
Le long des rues tentaculaires
Et les murs blêmes
Frappés d’ombres creuses
Qui s’étirent
Aveuglées de soleil
Le bruit des pas qui heurtent les trottoirs
Comme autant de silence
Versé au rang d’écume
Dans l’étouffement des sens
Et les yeux inaudibles
Le spectre du bitume sur les lèvres nouées
Les visages défaits au contour d’incertain
Pressés de va-et-vient
L’épanchement du vide
Dans l’arène éphémère
Et les gares atrophiées
Dans la noirceur de longs tunnels
Pétris de bouches asphyxiées
Vomissant la marée
M’effraie

Je sais
L’ogre
La pieuvre sourde qui palpite
La solitude des murailles
Au fond d’usines disgracieuses
La plaie qui sourd des entrailles
Et l’eau qui berce les néons
D’enseignes à tout jamais noyées
Le vent diurne au fond des caniveaux
Balayant les feuillages échus
Le temps d’une bourrasque
Et les pas qui s’enfuient
Au détour d’un immeuble
La pensée qui s’efface
Au gré du macadam
Le souffle qui s’éteint
Aux dernières lueurs
Les blessures de l’absence
Au milieu de nulle part
Chaque jour
La ville tue

18
18

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
magnifique texte d'une densité remarquable et d'une musique où les basses tambourinent comme le fracas des villes en peine et crasseuses de nos peuplements de cancrelats humains!
je découvre votre texte au hasard d'un commentaire laissé sur le texte à propos de Calvès de Ginette, remarque qui m'avait titillé par sa justesse et dans l'attente de lire les deux autres sur le murmure de votre mur je partage celui-ci sur mon fb pour quelques lecteurs de plus en paraphrasant le titre du premier ouest-terne spaghetti de Sergio Leone!

Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Merci Patrick d'avoir pris le temps de vous pencher sur cette vision pessimiste de la ville et de la solitude qu'elle peut engendrer.
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Des images très fortes , dures comme le béton.. Il est très beau ce poème❤
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Merci Isa !
Image de Flynn THORN
Flynn THORN · il y a
Un très beau poème sur la ville, d'une beauté cruelle. Un joli travail sur la forme aussi!
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Merci Flynn !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Terrible constat
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Terrible oui, pour celui - ou celle - qui supporte la solitude au sein d'une ville tentaculaire.
Merci Long John !

Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Un poème uppercut qui laisse traces...
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
J'espère toutefois qu'il n'en laissera pas trop :-(
Merci pour votre passage :-)

Image de Anna Mindszenti
Anna Mindszenti · il y a
Des images fortes, bravo!
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Des images que j'ai voulu fortes, en effet, pour décrire la solitude parmi la multitude des villes.
Merci d'avoir aimé :-)

Image de Liza GEORGELIN
Liza GEORGELIN · il y a
Impressionnée par ce poème et aussi par celui que vous avez écrit il y a quelques mois. Bravo
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Merci Liza pour votre enthousiasme :-)

Vous aimerez aussi !