La ville-dortoir

il y a
1 min
118
lectures
10

Jeune québécoise qui crache des mots de façon violente sur du papier parfumé à la vanille. Je vous invite dans le tourbillon tumultueux de ma plume. Déjà dix-huit bougies derrière la cravate  [+]

Elle est définie comme un simple territoire,
Entourant un énorme centre-ville noir,
De millions de belles gens tous hétérogènes,
Au même endroit dans une étrange quarantaine.

La banlieue jugée à tort comme lieu de passage,
Elle est pour la ville un splendide coquillage,
Une bien maigre et gracile répercussion,
Très loin du réel et de toutes les tensions.

Minuscule et ridicule vue de la ville,
Parfois perçue comme une inoffensive idylle,
Peut-être même une jungle violentée,
Abritant des jeunes gens bien plus qu'apeurés.

La banlieue, un lieu inquiet et inconnu,
Peuplée de banlieusards vivant aux avenues,
Riches ou pauvres, bourgeois ou paysans, sont présents,
Un bol de personnalités, un vrai boucan.

Un paradis terrestre pour certains d'entre eux,
Pour d'autres, un terrifiant enfer ténébreux,
Regroupant toute la main-d'œuvre de ce monde,
Seulement une pauvre nation vagabonde.
10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,