1
min

La vieille

Image de Estelle Denis

Estelle Denis

2 lectures

0

Vieille masse infâme, la tête baissée les yeux flous,
N’inspirant sur son passage que stupeur et dégoût.
Conjuguant à elle seul tous les maux de la terre
Soulevant le cœur de l’assistance toute entière.

Et tandis que les portes se sont refermées
Et que tous les braves gens se sont écartés,
Tant bien que mal elle a traîné sa jambe boiteuse
Pour reposer enfin sa carcasse malheureuse.

On pouvait voir les visages écœurés et les mines déconfites,
Les regards fustigeant cet indésirable et effroyable parasite.
Et les nez se couvrir avec plus ou moins de discrétion
Du revers d’une main ou d’une manche sans aucune compassion.

Et tandis que chacun gérait son apnée comme il le pouvait
Voilà que la masse nauséabonde se mit à pleurnicher
Maugréant, gémissant et parlant à quelque mal ou ami imaginaire
Ses plaintes de plus en plus sonores envahirent l’atmosphère.

Plus on l’évitait pour ne pas la toucher, la sentir ou la voir
Plus prenaient de place sa détresse et son désespoir.
Et derrière sa peau charbon, ses mains rugueuses et ses tissus crasseux,
Les braves gens peu à peu comprenaient, qu’elle avait un jour, été comme eux.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,