La vie mouvementée des mots

il y a
1 min
0
lecture
0

Natif de quelque part, au fin fond d’un creuset
Issu de la mémoire, forgé par la pensée
Un mot s’est égaré. Il cherche à s’exprimer.
Pas une seconde à perdre : il doit se libérer.

Ses copains synonymes deviennent des adversaires
Tous veulent prendre une place, mais une seule est à prendre.
Pour être le premier, il ne peut pas attendre
Il franchit la ligne jaune, met ses copains à terre.

Il enfourche une synapse, se jette dans les méandres
Evite les autres mots qui veulent le bousculer
Il n’a que peu de temps pour trouver des alliés.
Pour former une phrase, il ne doit pas attendre.

Craignant un grand désordre, un grand metteur en scène
Imagine des obstacles, des passages secrets,
Un plateau de théâtre, des portes dérobées
Afin que chaque mot de la pièce ne se gêne.

Modelés par l’artiste, les mots deviennent amis
L’un d’eux donne le la, l’autre le suit de près,
Le troisième, tête première, se jette pour être admis
Et les autres prennent leur place pour être dans le phrasé.

Un instant associés, l’espace est éphémère
Le temps d’être énoncés, ils sont déjà partis
Un autre mot accourt, prend la place de derrière.
Il faut se battre sur terre, rien n’est jamais acquis.

On les retrouve, errants, ou cherchant à renaître.
Ils se mêlent à la foule, au brouhaha ambiant.
Vous en avez besoin, alors ils s’enchevêtrent
Pour qu’ils se sentent utiles, au moins un court instant.

Puis ils repartiront, poussés par la voilure
Vers d’autres horizons, vers d’autres aventures.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,