La tendinite de la souris

il y a
2 min
1
lecture
0

J’ai la tendinite de la souris
Ou
Jamais je ne dirai de ton eau fontaine je ne boirai.

J’ai la tendinite de la souris comme le bébé de la sucette, le tennisman de la raquette, le buveur de la cannette, le baiseur de la quéquette...
De l’avoir manipulée avec excès, qui sait ?
Quoiqu’il en soit, entre nous, entre soi –
De toi à moi.
Elle s’était faite à ma main de droitier non contrarié au point de l’adopter –
J’ai du consulter.
Le médecin m’a dit malin vous devez cesser de l’utiliser, la passer de droite à gauche, ou la troquer contre un pavé tactile plus facile, il n’y a pas d’autre solution.
Il n’en est pas question :
J’ai dit.
Quoiqu’elle ne soit de nouvelle génération Wifi ma souris, adaptée aux nouvelles technologies,
Je m’y suis habituée, jamais je ne pourrai la troquer, changer de main, ce n’est pas pour rien que je dors à gauche du lit pour avoir les seins de ma mie à ma droite comme Jésus ses Saints.
Même si l’on tourne facilement sa veste, on ne passe pas aisément de dextre à senestre, de porte à fenêtre...
Change d’adresse...
De sexe.

Fontaine jamais je ne boirai pas de ton eau.

Je me rappelle ce jour de mai où elle est arrivée sous deux jours ouvrés en point relais comme annoncé.
J’étais impatient de la voir, la prendre et la toucher –
On m’en avait tant fait la publicité, me l’avait tant vantée.
Le paquet éventré, elle m’apparut toute nue, recroquevillée dans un nid douillé de serpentins de papier sopalin.
Elle paraissait si fragile sous sa coquille de plastique transparent.
Longtemps je n’ai osé la toucher, poser mes doigts sur elle tant je le l’a trouvée belle et immaculée conception.
Elle tremblait dans le creux de ma main comme un poussin, un oisillon –
Je sais c’est con !
Dans un premier temps j’ai cru que je ne pourrai pas me faire à elle, trop légère, si nouvelle, trop pucelle –
Elle me faisait peur de bonheur.
La première fois que je l’ai déplacée la flèche se baladait de droite à gauche sur l’écran de mes pensées sans que je ne puisse la contrôler, pointer la cible, être crédible.
Attristée elle m’avait chuchoté :
- Apprivoise-moi.
- Comment ?
- Tu dois être présent, patient, créer des liens, me faire tienne.
- Le temps c’est de l’argent.
- Je sais- Mais. Si tu m’aimes il n’y aura pas de problèmes.
Elle s’est rapidement logée au creux de ma main au point de l’épouser–
Se faire mienne.
Je ne peux plus la lâcher, ma souris –
C’est mon amie.
J’ai de la tendresse pour elle, je ne veux pas que cela cesse.

Fontaine jamais je ne boirai pas de ton eau.

Ceci dit.
Malgré mes convictions, je l’ai passée de droite à gauche –
Je sais c’est moche !
Mais seuls les cons ne changent pas d’opinions, d’avis au poker menteur de la vie.
J’étais comme un handicapé qui essaie de retrouver ses capacités
Un estropié son pied
Un cul de jatte ses pattes
Un licencié un job
Un émasculé son zob...
Etcétéra... Etcétéra...
Qui vivra verra et dira...
J’y suis parvenu à ma grande surprise.
Aujourd’hui je l’ai bien en prise.
Ma main gauche s’y est faite.
Nous allons bien en fête.

Jamais je ne dirai de ton eau fontaine je ne boirai.

Avec le recul j’en rigole, parole ; j’y arrive de la droite comme de la gauche, à chaque fois que je pointe je touche minouche.
Il ne faut jamais désespérer.
Il parait que demain nous pourrons nous passer du corps d’alors et de je ne sais quoi encore... ?
D’esprit, de sensibilité et d’humanité...
Nous n’aurons plus qu’à tactiler, parler ; Dire : « ok Google, ok Belle gueule –
S’il nous reste des doigts ou la voix !
Ma souris comme mes doigts ou ma voix, va me manquer.

Jamais je ne dirai de ton eau fontaine je ne boirai.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,