La rêveuse ... (défi poésie)

il y a
1 min
101
lectures
10

Laure, 21 ans, étudiante. Vous épargne tous les mots inutiles pour se concentrer sur l'essentiel. Sur la voie pour comprendre le monde, irréversiblement, en cours de recherche d'une forme de  [+]

Allongée dans l’herbe douce ou était encore présente la rosée,
Elle se demandait, la rêveuse, comment elle avait fait pour trouver ce pré.
Loin de toute civilisation, il donnait l’impression d’être dans un monde prêt à éclater.
Elle essayait, la rêveuse, de s’imaginer quand prendrait fin ce mouvement de balancier.

Un courant d’air sur sa peau déjà glacée,
La poussa à se demander si elle n’était pas entrain de rêver,
Ironique, pour une rêveuse, non ?
Seulement, un sentiment en elle faisait persister cette interrogation.

Une douce sensation de chaleur caressa l’atmosphère et une lumière se fit insistante,
Derrière ses yeux clos, elle ne savait quoi faire, devait elle les ouvrir, répondre à cet appel ?
Tout semblait la ramener à la surface, mais quelle était-elle ?
Les branches bruissaient alors que la nuit finissait sa descente,

Et les oisillons chantaient, accompagnés de leurs mamans,
Demandant à tous les habitants des environs,
Qui allait se sacrifier pour voir l’intrus dans le champ ?
Les grands prédateurs se faisaient tout petits, tandis que les autres tournaient en rond.

Le sourire aux lèvres, la rêveuse reprit ses esprits.
Il avait fini par éclater, le monde qu’elle s’était créé,
Dans un petit « pop » qui avait retentit,
Pareil à une explosion dans ses oreilles endommagées,

Saoule du bruit de la mer,
Qui se résumait à son seul univers,
Dans l’espoir d’échapper à sa petite nacelle,
Sur laquelle elle dérivait, priant pour se sentir pousser des ailes.

Elle essayait de ne pas pleurer, la rêveuse,
Car au fond l’aventure c’est ce à quoi elle avait toujours aspiré.
Alors pourquoi les larmes coulaient le long de son visage si fatigué,
Elle était pourtant autrefois heureuse.

Peut être étais ce parce qu’elle avait trop de regrets,
De constater que la chose seule qu’elle avait à admirer,
Se résumait à l’horizon à perte de vue ?
La chute est toujours plus brutale lorsque l’on tombe de nos espoirs déchus.
10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !