La poule faisane

il y a
1 min
8
lectures
1


Un champ de Beauce,
Le tout, le rien à l’horizon
L’épaisseur des nuages en volute
Le gris, le noir, le ciel plombé
Et soudain une pluie de lumière :
C’est là que vit la poule
-La poule faisane, notre amie-
Dans ce lieu minuscule
Sous la coupe du ciel.

Elle porte sur sa robe
La marqueterie des champs
Mais des jours elle ignore
La fuite la vitesse; la grandeur infinie ;
Du temps, elle ne voit rien
Que l’alternance des flaques dans la boue,
La terre dure qui craquèle
-Il fait chaud quelquefois-
Les salves d’eau tirées d’on ne sait où
S’abattant sur l’ornière.

L’été ce soir est châtoyant ;
La poule faisane est restée là
Un peu plus tard que d’habitude
Serrée dans le chemin
Elle s'agite, elle picore,
Elle gratte la poussière
Regardez-la, boule de plumes,
Elle gratte comme on s’acharne
A continuer sa vie.
Obstinée, ridicule,
Fixée telle qu’en elle-même
Bien loin de l'âfre du repli.
La poule faisane fait sa graisse.
Ignorante du monde
Elle saura pourtant
Passer l'hiver.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !