1
min

La peur de l'inconnu en nous

14 lectures

0

Pleine et haute la lune est l’hôte du ciel
Le temps étant devenu perpétuel,
Alors que j’aborde une sombre ruelle
Vierge mais très loin d’être pucelle

Je marche lentement rempli d’effroi
À l’affut d’un son menaçant qui des fois
Pourrait bien trahir un bandit près d’moi
Car mon souffle m’aveugle tant il fait froid

L’esprit en sueur et mon cœur frissonnant
Je n’cesse d’imaginer ce tueur innocent
Le regard vide et affecté de noir
Qui viendrait me charcuter le corps

Sauf que mes craintes ne sont point fondées
Y’a personne seul mes peurs se font connaître
À cause de ces parties de moi non sondées
Je ne peux rentrer à la maison de mon être
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,