1
min

La petite messagère

Image de Automnale

Automnale

223 lectures

32

Qualifié

Ta joie de vivre resplendissait
À la simple vue d'une petite messagère,
Toute pimpante, toute fière,
Dans sa robe jaune légère.
Elle annonçait la saison des amours,
Les améthystes sur les bruyères.

Oh, les giboulées pourraient bien troubler
L’arabesque des phalènes.
Oh, l’aquilon pourrait bien emporter
Le ruban d’un arc-en-ciel.
Cela n’empêcherait pas l’alouette de grisoller,
Ni tes rires de ricocher.

Près de l'abbaye, un aquarelliste
Imiterait Sandro Botticelli,
Le coucou entonnerait le concerto d'Antonio Vivaldi.
Et toi, tu sèmerais tes grains de folies,
Tes brins de bonheur,
Tes pollens de facéties.

Comme tu te réjouissais
À l'idée de retrouver les nymphéas,
Les vagues bohémiennes
Sur notre île aux camélias,
La vanesse ivre de seringas,
Nos déjeuners sur l'herbe ou sous la pergola !

Mais, telle la douce fleur de cerisier
Que le zéphyr emporte
Vers d'autres paysages,
D'autres rivages,
Tu es partie dans la lumière,
Au gré du vol d'un éphémère.

C'était à la saison des amours,
Au solstice des prémices.
Et, sur la route menant au cimetière,
Elle t'attendait, dans sa robe jaune légère,
La petite messagère,
La première primevère.

PRIX

Image de Eté 2016
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Papipoete
Papipoete · il y a
je retrouve enfin " cette petite messagère " , cette primevère aux abords du cimetière qui fit voilà bientôt deux hivers, couler des paroles amères d'un malotru, d'une mégère ? Il est pourtant si beau ce poème, que même le diable le lisant en aurait la larme à l'oeil, et chuchoterait " je vous en prie, ma petite messagère, après vous ... "
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Comme je suis heureuse de retrouver vos délicats et touchants commentaires, cher Papipoète... La petite messagère ayant été bien accueillie sur Short, vous voyez, j'y suis restée... Pour ce qui concerne le diable, oui, vous avez raison, il aurait la larme à l'œil...
A bientôt, cher Papipoète... Et merci, merci...

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est tellement délicat d'amener cette messagère jusque là. C'est doux, tendre, et triste à la fois. J'ai beaucoup aimé.
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Avec La petite messagère, je n'ai rien inventé... Elle était bien là, sur la route menant au cimetière...
Merci beaucoup, Malau.j, d'avoir suivi, en ma compagnie, cet itinéraire...

·
Image de Cristale
Cristale · il y a
Combien elle était importante, annonciatrice du réveil du printemps, à l'aube des amours, son éclosion au soleil levant, cette petite messagère. Son apparition, dans sa robe jaune, suffisait au bonheur de l'être chéri, ne fusse que l'espace d'un instant pour parfumer le jour entier de ses petits bonheurs que seule une belle âme perçoit et apprécie.
Oiseaux, vents, fleurs, pierres précieuses, musiques et peintures, Ses rires...Ses facéties...Comme ce poème respire la nostalgie, le souvenir ! Combien de larmes retenues derrière le sourire de vos mots ?
Son coeur est grand, et belle Son âme partie dans la lumière.
Merci Automnale pour ce pur moment d'émotion et de poésie.
Cristale

·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Je sais que vous avez tout compris, chère Cristale... Je sais aussi que vous avez deviné les larmes...
Merci pour votre passage dans mes mots... Merci pour La petite messagère, et pour l'âme partie dans la lumière...
Regardons tourner les ailes des vieux moulins...

·
Image de Cristale
Cristale · il y a
Un ombre et des pleurs derrière ce joli sourire Automnale. Comment rester insensible à votre propre sensibilité ? Moi, je ne peux pas et votre plume m'emporte sur vos chemins de nostalgie.
"Le vieux moulin", celui des aïeux meuniers de mon amoureux, une roue à aube qui ne tourne plus, la vieille maison où vécurent plusieurs générations, vide mais si pleine de souvenirs...A bientôt chère Automnale.

·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Le croirez-vous? Voilà seulement que je découvre le moyen d'accéder à l'ensemble des textes d'un auteur!!! ( A vrai dire, à m'être toujours fait assister pour l'accès aux techniques modernes, je suis franchement empotée!!!)
Je découvre, enchantée tout autant que bouleversée... Comme le chagrin de l'absence serre le cœur, et comme la beauté de chaque image nous éblouit. Je crois que je devrais citer tout le texte, la vanesse et le coucou... Arabesque et améthyste ... Pour dire tout ce qui m'émeut. Je le résume avec ce vers : " tes brins de bonheur" . Ce qui porte aussi, c'est ce jeu des temps, cet imparfait, temps inachevé, où la mémoire recréé sans cesse le souvenir...

·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Je vous crois, bien sûr, Mome ! Et merci infiniment pour ce bien joli commentaire. Merci d'avoir été bouleversée par La petite messagère... A bientôt, Mome.
·
Image de Pradoline
Pradoline · il y a
Encore un de vos poèmes finement bien écrit avec une belle personnification de la petite messagère. Nous cheminons avec vous jusqu'à l'arrivée au cimetière pour y découvrir la première primevère. Beaucoup de douceur et de délicatesse. J'aime.
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Grand merci, Pradoline, pour votre joli commentaire, et pour votre vote.
Ce petit poème me tient à cœur - je crois que vous l'avez bien compris - parce que, dans cette histoire printanière, je n'ai rien inventé...
A très vite, Pradoline !

·
Image de Sandrine Guillery Etienne
Sandrine Guillery Etienne · il y a
Je l'imagine bien la petite messagère. Très beau texte empreint de délicatesse et de musicalité. Je vous lis un peu tard mais rien n'est jamais trop tard... Grand merci pour cet agréable moment, je reviendrai vous lire. Je vote. Si vous le souhaitez et si le temps vous le permet je vous invite à poursuivre avec "La Rose-Thé" dans la rubrique poème été.
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Non Sandrine, en effet, rien n'est trop tard ! Infiniment merci à vous pour votre commentaire et pour votre vote. Grâce à la petite messagère, nous nous rencontrons. D'ailleurs, je ne manquerai pas d'aller respirer votre Rose-Thé...
A bientôt, Sandrine...

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Qu'il est agréable d'attendre et de retrouver la petite messagère
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Oui, Isabelle, il est très agréable de retrouver cette petite messagère... Malheureusement, un jour viendra où elle nous attendra sur une route menant au cimetière... Mais bon, d'ici là, nous aurons encore vous et moi, je l'espère ardemment, bien des occasions de nous lire... Merci d'être passée par ici...
·
Image de Suko
Suko · il y a
Très vivant, très chantant et surtout très musical !
Chaque mot est juste et à sa place.
Et cette personnification du début qui ne s'explique qu'à la fin, bravo, j'ai beaucoup aimé !
*a voté*

·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Merci infiniment, Suko, d'avoir si bien voté ! Je suis touchée.
Et à bientôt, j'espère...

·
Image de Suko
Suko · il y a
Oui j'ai survolé d'autres de vos textes, j'aime beaucoup, mais lire sans commenter n'apporte pas rand cohse ; je reviendrai sûrement. ;)
·
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Je continue à découvrir un langage poétique qui me touche ; c'est très réussi Automnale !
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Merci infiniment Coco... C'est vraiment gentil à vous. Et merci, aussi, pour votre vote.
Je vais me faire un plaisir de continuer à découvrir votre univers... A très bientôt, Coco !

·
Image de Amussée
Amussée · il y a
Automnale, vous voilà bine printanière ! joliment par ailleurs. J'aime beaucoup votre poème, frais, agréable à lire, empruntant de ci de là quelques couleurs à une palette, fredonnant le refrain de quelques violons italiens... Mon vote, c'est réussi !
Amour et musique, puis-je vous inviter à les retrouver dans un autre texte ? :http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/quand-onze-heures-sonneront

·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Merci, Amussée, d'avoir remarqué la petite messagère annonciatrice du printemps, d'avoir entendu les violons italiens... Merci infiniment, aussi, pour votre vote.
Quand onze heures sonneront - ou un peu plus tard - je ne manquerai pas d'aller découvrir vos œuvres... Je sais déjà votre admiration pour Alfred de Musset... Mais je tenterai de vous découvrir, littérairement, bien davantage.
A bientôt donc, Amussée !

·