La petite messagère

il y a
1 min
253
lectures
33
Qualifié

"Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux" - René Char (Chants de la Balandrane)  [+]

Image de Eté 2016
Ta joie de vivre resplendissait
À la simple vue d'une petite messagère,
Toute pimpante, toute fière,
Dans sa robe jaune légère.
Elle annonçait la saison des amours,
Les améthystes sur les bruyères.

Oh, les giboulées pourraient bien troubler
L’arabesque des phalènes.
Oh, l’aquilon pourrait bien emporter
Le ruban d’un arc-en-ciel.
Cela n’empêcherait pas l’alouette de grisoller,
Ni tes rires de ricocher.

Près de l'abbaye, un aquarelliste
Imiterait Sandro Botticelli,
Le coucou entonnerait le concerto d'Antonio Vivaldi.
Et toi, tu sèmerais tes grains de folies,
Tes brins de bonheur,
Tes pollens de facéties.

Comme tu te réjouissais
À l'idée de retrouver les nymphéas,
Les vagues bohémiennes
Sur notre île aux camélias,
La vanesse ivre de seringas,
Nos déjeuners sur l'herbe ou sous la pergola !

Mais, telle la douce fleur de cerisier
Que le zéphyr emporte
Vers d'autres paysages,
D'autres rivages,
Tu es partie dans la lumière,
Au gré du vol d'un éphémère.

C'était à la saison des amours,
Au solstice des prémices.
Et, sur la route menant au cimetière,
Elle t'attendait, dans sa robe jaune légère,
La petite messagère,
La première primevère.

33

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !