La p'tite à Bertrand

il y a
1 min
676
lectures
101
Finaliste
Public
Image de Automne 2013
Elle avait sous les pans de sa jupe taillés au ciseau
Les genoux râpés rongés par le gravier
Des mini bottes montantes couleur bordeaux
Dont les lacets toujours étaient défaits
La p’tite à Bertrand, la p’tite à Bertrand...

Sur son front têtu une frange qu’elle écartait
De ses petites mains tachées par la craie
Elle refusait qu’on y touche et pourtant
Soufflait dessus tout le temps pour la faire voler
La p’tite à Bertrand, la p’tite à Bertrand...

Elle ne disait jamais rien à personne
Et personne ne s’en plaignait ça tombait bien
Elle faisait tellement peur à chacun
Avec son malheur qui pesait des tonnes
La p’tite à Bertrand, la p’tite à Bertrand...

Elle était frêle et fragile comme une brindille
Cassée dans un champ, coincée dans les dents
Mais s’était forgé du fond de sa coquille
Un regard pointu qui vous restait planté dedans
La p’tite à Bertrand, la p’tite à Bertrand...

— Moi je l'ai peu connue sa mère vous pensez
Dans le quartier elle filait toujours tête baissée
Mais je peux vous dire qu'elle lui ressemblait
Diablement de chez diablement
La p'tite à Bertrand, la p'tite à Bertrand...

101

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !