La nuit vagabonde

il y a
1 min
2
lectures
0
Calfeutrer par le recoin d'un baiser, comme une bouteille vide qui vogue sur les océans vagabonds, amouracher par une beauté, j'ai vu tes lèvres lippues crispent mon cœur, comme celles de Cléopâtre et moi néophyte je te serai toujours un César, sbire à tes pieds. Lascif d'un regard suis perdu et ce soir je te cherche comme une alouette p'tite amourette, ai-je déposé une dernière note sur les touches d'un piano à la manie d'un marquis maladroit sous l'emprise d'une reine plus belle que les envols des tourterelles? Désolé! Si demain! Tu ne me verras plus à l'aune de l'aube suis un poète, l'amant de toutes les femmes.
Wilson-Sydney JOSEPH
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,