La nuit est tombée

il y a
1 min
13
lectures
1
La nuit est tombée, encore une fois
Je vais me coucher, cette fois sans toi
Presque habituée, j'ai vu l'effroi
Mais fatiguée, d'avoir si froid

Le temps passe, je pense à toi
Rien ne s'efface, et je te vois

Tu es présent, bien qu'invisible
Et je t'entends, presque inaudible
Tu viens me voir, si prévisible
Et je t'attends, toujours sensible.

Un jour viendra où ma raison,
Me dictera, non sans raison
Le vrai besoin, d'une guérison
Comme une blessure, un abandon.

Le temps passe, je pense à toi
Rien ne s'efface, et je te vois

La plaie ne cesse de brûler
Les larmes ne cessent de couler
La douleur ne cesse de s'agiter
Et le manque empêche d'avancer.

Comme la fente, la déchirure,
Comme la brèche, l'ouverture,
La complexité de l'ossature
Et comme l'intensité d'une blessure

Le temps passe, je pense à toi
Rien ne s'efface, et je te vois.

La noirceur de la pénombre,
La profondeur des décombres,
Comme un navire qui soudain sombre,
La vie se retire, et tout s'effondre

Ne laisse place qu'au chagrin
Qu'à la froideur d'un matin
Qu'au réveil sans lendemain
Et qu'à l'attente d'une fin.

La temps passe, je pense à toi,
Rien ne s'efface, et je te vois.

Si un jour toute la tristesse
Enracinée, se fait faiblesse
Et doucement, fuit puis cesse
Et fait que l'on renaisse

Alors moindre sera l'absence
Et plus douce, notre souffrance
Ne s'agitera dans tous les sens
On aura mal, mais en silence.

A trop mentir, à vouloir plaire,
La vérité devient nécessaire
Il faut parler et non se taire
On se cache, on se terre et on enterre

On dissimule, on invente pour se complaire
Se rassurer, s'apaiser, on sait le faire
Car tout avouer c'est reconnaître
Que ceux qu'on aime, vont disparaître.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
Excellent poème bien construit et agréable à lire, j'aime et vous avez le vote d'Arlo.
La finale de la matinale en cavale arrive à son terme le 29/12 à 11 heures.
Arlo vous invite à soutenir son poème "découverte de l’immensité". Merci à vous et bon après- midi.