1
min

La nuit du rhinocéros

3 lectures

0

Sur le Pont des Arts se tassent toujours les jeunes utopies
Les cadenas se serrent sur la passerelle illuminée
Par les rêves noyés dans un gobelet de Martini
Qui saluent, insolents, l’Ile de la Cité

La traversée après le dernier métro
Sentant pavé et goudron sous ma plante
Je me rappelle surtout les rires
Et on court et on chante
Sur la place endormie, la gare déchue nous contemple

Ces animaux sauvages ont déjà eu l’idée étrange de venir danser ici
Et soudain, une bande d’éméchés
Entreprennent une féérique chevauchée

Le rhinocéros se trouve assaillis
Pas ces jeunes en quête d’absurde et de poésie
Ils repartent de plus belle le long du fleuve scintillant
En traversant les longues pelouses éclairées
On se sent bourgeois invalides, jeunesse dorée

L’aube sur la ville lumière au teint maussade
Nous apprendra que ce n’était qu’une folle croisade
En attendant un vrai voyage qui révèlera notre être profond
Et qui sans alcool, nous montrera la vraie passion
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,