La nuit des sylphes

il y a
1 min
369
lectures
67
Qualifié

Je suis passionnée de littérature, je me souviens d'avoir toujours écrit, textes et poèmes. J'aimais en jouer comme d 'une lyre . Depuis peu retraitée de la fonction publique , j'ai succombé  [+]

Image de Hiver 2021
Rien qu’une feuille de chêne qui craque
Sur le parvis fauve des chapelles
Rien qu’une branche qui crécelle
Sur le trottoir des pétioles brisés
Rien ne se dérobe à leur dormance
Dans ce moment qui s’interrompt
Rien ne piétine le silence de l’attente

Nos regards fous grésillent au sabbat
Des lanternes accrochées aux portes
Je me cogne au chambranle en pierre
Ne ralentis pas ton pas dans la brume
La pluie se retire au fond des bois
La lyre en vain cherche à s’enfuir
C’est la seule nuit où je te verrai venir

Les marrons chutent auprès des rôdeurs
Le vent d’automne suspend son souffle
Sur le chemin jonché de faines
Ta voix déchire les feux du village
On entend l’espoir qui s’achemine
Dans le tourbillon des aveux
Les paladins chantent ton retour au logis


Le serment fragile tombé dans l’âtre
Surgit dans sa ramure amarante
S’enroule autour des ronces brunes
Et s’embrase aux aiguilles de nos songes
Ne recule pas devant les braises
Amas de mots nervurés d’or
Viendrais-tu les lire avant qu’ils ne se consument

Une nuée de feuilles se détachent
Silhouettes pourpres qui s’irisent
S’évadant des grottes opaques
En manteaux rouille, en capes ivoire
Et les allées emmurées s’effondrent
Morsures sempiternelles
L’ankou rejoue nos complaintes dans les foyers

Éboulis de fagots qui se dessèchent
L’obole se calcine dans les bûches
L’ouragan court et se démène
Des haillons cuivrés couvrent tes épaules
Quand notre lumière va s’éteindre
Prends le temps de partir lentement
Emporte nos désirs et laisse ton grimoire
67

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !