La nébuleuse

il y a
1 min
4
lectures
1
Ton corps crie, fuit, se tord avec ardeur
Ton souffle haletant, l'air n'est plus qu'une douce chaleur
Laisser la raison souffrir
Se délecter de ce plaisir
Les plaies s'ouvrent, ta peau se déchire
Et tu frémis de te savoir souffrir
Tes larmes sont trop dures, trop pures et trop nombreuses
Tes maux qui s'entrechoquent, ma douce nébuleuse
Tes lèvres tremblent, s'assemblent,
Lâchent des supplications
Tes yeux en ont déjà trop fait, poursuis cette destruction.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Élise
Élise · il y a
Je l'aime, un peu moins la chute, mais il est chouette. Il est particulier, intéressant.

Vous aimerez aussi !