La muse

il y a
1 min
121
lectures
6
Qualifié
Tu m'espères, tu me crées,
Tu dessines mes traits.
Tu me donnes un prénom
De princesse, de fée.
Tu me joues à nouveau,
Sur les touches du piano,
Réinventes constamment
La musique de ma peau.
Et petit à petit, je prends vie.
Puisque tu me penses, je suis.

Tu me donnes les visages
Les plus fous, les plus sages.
Dans les cœurs, les mémoires
A jamais tu me graves.
Tu me donnes des ailes,
Me prêtes un bout de ciel.
En échange d’un sourire,
Me voilà immortelle.
Et petit à petit, le temps fuit
Mais tant que tu me rêves, je suis.

Vois-tu, ton bout de ciel,
Au fond, je n’y tiens pas.
Je ne rêve d’être éternelle
Que dans tes yeux à toi.

Mais tant que mes errances t’inspirent,
Tant que mes travers t’amusent,
Tant que tu me rêves, je reste
L’amie, l’amante, la muse.
Tant que tu me rêves, je suis
Quelqu’un,
Enfin.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !