LA MORT ETAIT ICI

il y a
1 min
0
lecture
0
Tant de mondes qui ne mènent nulle part... c'est très difficile de vivre et de mourir !
Nous sommes seulement si nous mourons, et alors seulement nous apprenons à mieux vivre.
Nous défions notre présent, sans loi, sans personne, sans la solitude de la liberté.
Je veux fuir de ma peau et de ma mort,
Alors je ferme la bouche et parle en codes,
Je contemple mon agonie, mais je ne meurs pas.
Ma mort engloutit mes écailles !
Seulement par amour nous faisons un pacte avec elle,
Elle fait semblant d'être le rêve éternel
Dans lequel vous ne fermez jamais les yeux !
Mais vous vous promenez sans but dans les limbes.
Elle traverse les dédales de votre vie ! Elle chante le silence et le vide.
La mort est l'ombre de votre ombre !
Mais hier, j'imaginais mourir, et me débarrasser de moi !
Hier, elle m'a traîné... si impitoyable !
Hier, elle était ici, et j'ai frémi de revivre,
Hier, elle était ici, et elle m'a libéré...
Cela a cessé de faire mal et j’ai donné naissance à la même mort !
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !