La morsure du temps

il y a
1 min
1
lecture
0

Caractère : adaptable aux circonstances mais aussi « insaisissable » – pieds sur terre et tête dans les nuages. Un animal : le Lynx (observation et souplesse) Une couleur : Camaïeu d'orange  [+]

La morsure du temps s’allonge à mes côtés
Elle embrase mon corps et se rit de mes peurs
S’étend avec bonheur dans le sillon creusé
Par toutes ses années. Je recueille ses pleurs
Comme des pétales courbés sous la rosée.

Des franges du destin je reçois la caresse
Du vent de mes vingt ans. Ce refuge doré,
Surgi de mon passé, contre son cœur me presse,
Scintillant il m’adresse un clin d’œil malicieux.
En son sein je gravis, l’espace d’un instant,
Le chemin enchanté de ces beaux jours radieux
Où brillait le soleil de ce temps insouciant.

Avalant le versant, la vitesse du vent
Me surprend à rêver. Ephéméride du temps,
Chaque jour ressuscite remous et ouragan.
Les pleurs sont inutiles. Entend plutôt le chant
De la beauté du jour qui te sourit encore.
Admire ce moment où le temps se repose
Bercé par la vague, amarré à bon port
Il demeure enchanteur. A sa main une rose
A jamais destinée à la vie qui s’entend.
Son murmure est si doux à mon cœur étonné
Que soudain il s’emballe et se revit battant
A l’orée d’un amour découvert un été.

Reçois son offrande et souris au passé.
La morsure du temps se dilue en pleurant
Je me ris de mes peurs, désormais oubliées
Au profit de l’amour et j’ai toujours vingt ans...

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,