LA MÉMOIRE

il y a
1 min
0
lecture
0
Sans mains, sans pieds, sans yeux et sans consistances,
Ainsi, en l'état, la mémoire a ses premières visions :
Images et mirages confondus avec sa lumière.
Tout ce qui est là la sauve et la condamne,
Pas de traces, pas de clés, pas de mots de passe,
Et la brume de lépreux le renouvelle.
Son présent est dur et incertain,
Le feu d'hier l'a laissée avec des brûlures au troisième degré,
En face, c'était son atout le plus précieux.
Elle reste immobile.
Ceci est une porte du temps qui se déroule en même temps,
Il a un avenir, et son passé est un matelas en lambeaux, où des centaines d'hommes
Ils l'ont violée, le souvenir est un dépôt plein d'ordure.
Elle reste immobile, peut-être qu'avec la nouvelle saison
Sa chance changera et elle sera libérée,
C'est plus qu'une poignée de poussière, quelques traits féminins et une odeur du vin,
Sur le mur de son enfance son futur change, elle dessine ce qu'elle veut vraiment être,
Refait les souvenirs de votre mémoire avec aujourd'hui, demain et hier.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !