La mâratre

il y a
1 min
9
lectures
1
Un père arrachant son enfant,
A une mère ne luttant aucunement.
Lui, pour avoir raison,
Elle, ayant perdue ses illusions.
Une marâtre en remplacement;
Elle vous déteste, assurément.
Afin de ne pas déplaire,
A mon héros de père,
Je ne lutte guère,
Contre la sorcière,
Qui me couvre de sortilèges,
M'avilit et tend des pièges.
Son cœur est aussi noir
Que l'âtre qui s'éteint,
Elle est mon désespoir,
Elle dirige mon destin.
Elle surveille et ordonne,
Me prenant pour sa bonne.
Tôt levée, tard couchée,
Une seule pensée, travailler.
Mais je lutte du haut de mes six ans
Prête à braver, ce monde effrayant.
Au quotidien la vie est rude,
Mais pas de câlins pas d'habitudes.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,