La ligne électrique

il y a
1 min
762
lectures
445
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une ligne électrique, quoi de plus de plus banal ? Ce poème nous propose une plongée incisive dans un univers ou l’esthétisme prend le pas su

Lire la suite

"Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon." Matthieu 6:24  [+]

Image de Automne 2018

Elle pend dans la flamme azurée du pourpris
Comme un pont s’affaissant sous l’incessant passage
Des troupeaux de nuages
Parcourant l’Incompris.

Elle signe les flots figés de la fenêtre
De ce trait vif et fin que les alevins font
Sur la peau du haut-fond,
Avant de disparaître.

Elle décalque au dos muet du macadam
Le soleil attentif aux remous de son ombre,
Qui s’élève puis sombre
Sous les pas du quidam.

Et quand vient le soir, elle noue dans l’Immense,
Dans le corps incertain et menteur de la nuit,
Son courant infini
Aux parois du silence.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une ligne électrique, quoi de plus de plus banal ? Ce poème nous propose une plongée incisive dans un univers ou l’esthétisme prend le pas su

Lire la suite
445

Un petit mot pour l'auteur ? 184 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Nascien
Jean Nascien  Commentaire de l'auteur · il y a
Je tenais à adresser tous mes remerciements aux membres du jury, pour avoir couronné ce texte d'un prix qui m'honore. Je vois ce prix comme un encouragement à continuer dans l'écriture de ces petits textes qu'on appelle poèmes. J'espère que la vie m'offrira encore des interstices, des petits enclos de temps libre pour l'écriture.

Je tiens également à remercier tous ceux qui ont pris la peine de venir lire ce texte ; et je redouble mes remerciements à l'égard de ceux qui ont voté pour lui tout en accompagnant leur soutien d'un petit message.

Mille fois merci!
Et vive la poésie!

Image de Oriole Lekeugo
Oriole Lekeugo · il y a
Beau texte, j'ai adoré vous lire
Image de Arnaud FREJAVERGNE
Arnaud FREJAVERGNE · il y a
Électrisé ! c'est pour ces moments là que j'aime la poésie : Ce tout qui vient de presque rien. Vous savez marché sur le fil. D'une ligne EDF, en plus, comment n'y-ai-je pas penser :)
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Trop contente pour vous, Jean ... mille bravos sincères ...
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Un poème en première ligne...et le courant passe sans aucune tension ! J'aime beaucoup ! Merci de m'encourager pour mon tout premier concours, je suis tout nouveau ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Électriquement waouh ! pour pris je le fus dans l'enceinte de cette dimension parallèle de clair-obscur aux teintes d'ailleurs. Cela me fait songer à d'immenses épouvantails de métal déployant leurs ailes pour capturer du bout de leurs interminables lignes, l'énergie de cette planète.
Image de Jean Nascien
Jean Nascien · il y a
C'est une image très intéressante ces épouvantails de fer! Développez-là! Et merci pour votre lecture
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Déjà faudrait-il que je sois en capacité de développer ma pensée.
Image de Ahahah
Ahahah · il y a
Très belle musicalité, très belle progression et variété des images. Je vais signer une pétition pour qu'on n'enterre plus les lignes électriques. C'est à la fois pictural et musical.
Image de Jean Nascien
Jean Nascien · il y a
Là où je vis, c'est ce qu'ils veulent faire. S'ils le font, je tatouerai ce texte sur le macadam, à l'endroit où chacune d'elle faisait tomber son ombre.
Merci d'être venu me lire. Au plaisir.

Image de Margueritte C
Margueritte C · il y a
Félicitations : il est difficile de poétiser les objets du quotidien. J'ai particulièrement apprécié la dernière strophe.
Image de Jean Nascien
Jean Nascien · il y a
Merci. Même si les trois premières strophes tentent, au recours d'un certain lyrisme, de poétiser la ligne, elles restent encore très descriptives. Tandis que la dernière est véritablement poétique, car elle se fond avec la ligne dans l'abstrait de la nuit, dans l'infini indescriptible... raison pour laquelle le texte s'achève sur le mot "silence", car que dire ensuite...? Encore merci Pierre de silence!

Vous aimerez aussi !