1
min

La lettre d'adieu

Image de James Duran

James Duran

6 lectures

0

C'est sur l'écho de la plume que je naquis
Jaune, foncé elle devint triste et indolore
C'est sur l'écho de cette plume que se conçoit ma vie
Quand du tréfonds de la rétine, des images sonores
Me font admiré et aimé ce regard flou
Dont la splendeur ténébreuse illumine mes yeux de vautour

C'est grâce à la plume et à l'encre de mon cœur
Qu'en penible nomade et beau voyageur
Je demande à vous madame et à votre hostile amour
De ne point de languir de moi à son tour
Car je suis pour votre jolie jardin et votre charme
Mademoiselle, de l'ivraie et des verrues à bannir
Trop de donzelles sous mon charme
En ont finis cœur meurtri par périr

C'est moyennant ma plume que nos deux corps ce amoureusement et avec fierté scellé
Mais c'est de cette plume , ô princesse que le terrible sort a bien voulu nous séparer
Je vous suis toujours épris et ne vous répudier à point
De grâce, tous ces infâmes jetez au loin
Je ne suis point le Juda Iscariote de nos adieux
Réclamez plutôt vengeance auprès de nos aïeux!!!
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème