La foire aux rêves !

il y a
1 min
564
lectures
55
Finaliste
Jury
Recommandé

37 ans... mais ce n'est pas ma faute! Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais beaucoup moins! Papa à temps plein, passionné de football, admirateur sans faille de Robert Lamoureux, Lucky Lukophile  [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

À la grande foire aux rêves
Tous les vingt-neuf février
On décrète une sorte de trêve
Avec la réalité

C’est une foire exposition
Tous les rêves sont rassemblés
Des rêves, des rêves par millions
Depuis le temps qu’on en rêvait

Sur le premier rayonnage
Juste à côté de l’entrée
Y a le rêve d’un petit garçon sage :
Un costume de pompier

Écrits maladroitement
Parfois même illisibles
On découvre des rêves d’enfants
Les plus inaccessibles

D’une écriture de défi
Sur un étagère tremblante
Avec des ronds sur les i :
Le rêve d’une adolescente

Y a le rêve héréditaire
Qu’une mère lègue à sa fille
Se battre sans jamais se taire
Une sorte de chimère de famille

Y a l’endroit où tout le monde
Se force à rester stoïque
Mais toutes les pudeurs s’effondrent
Allée des rêves érotiques

Dans les recoins de la galerie
Ou dans les zones de lumière
On trouve soit les rêves enfouis
Soit les ambitions précaires

C’est ainsi qu’on voit à peine
Un rêve même pas déballé
Passé d’âme en âme en peine
Le rêve tout neuf de la paix

Beaucoup mieux exposé
Passé d’âme en peine... de mort
Le rêve trop usé
De la loi du plus fort

Devant la salle des utopies
Les gens se sont rassemblés
Ils guettent et ils épient
Le rêve de fraternité

Puis une allée des rêves pêle-mêle
Celle des rêves qu’on plébiscite
Et le rêve d’amour éternel
Côtoie le rêve de réussite

Devant la porte de l’expo
Apostrophant sans trêve
Ils vendent leur came au kilo
Ce sont les marchands de rêves

Rêves manqués ou rêves d’un soir
Vie de rêve ou rêves oubliés
Rêves ou pensées illusoires
Tous les rêves sont exposés

Y a même un coin de la galerie
Mais visible que tard le soir
Dédié aux folles utopies
Qui donnent les raisons d’y croire

Puis passe un rêve qui traîne
Qui marche l’esprit béant
Qui déambule, se promène
On l’appelle le rêve errant

Pour finir en noir et blanc
Un rêve mis sous vert-de-gris
Plus exposé à présent
Une sorte de rêve parti

Un rêve du fond de la classe
À côté du radiateur
Épais et pur comme la glace
Un rêve, mon rêve de bonheur

C’est la grande foire aux rêves
Tous les vingt neuf février
Cette date, comme les rêves
N’existe presque jamais

On ressort de l’expo
Sans avoir rien acheté
On n’achète pas les rêves
On peut les fabriquer

Être artisan du rêve
Son esprit pour atelier
Être artisan du rêve
Voilà le plus beau des métiers

Les rêves font de la magie
Mais ils ne connaissent qu’un seul tour
Celui de rendre nos nuits
Plus jolies que nos jours.

Recommandé
55

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !