1
min

La fin en soi

Image de Eric Chomienne

Eric Chomienne

17 lectures

4

Je t'ai découverte un jour
Que je pensais être fort.
Tu t'es glissée dans mon corps
Comme une graine d'amour.
Lentement tu as germé
Sans que je décèle de signe.
Tu as su être maligne,
Tu t'es laissée essaimer.

Mais comment parler de toi,
Toi, ma nouvelle compagne,
Moi, ta dernière campagne,
Moi qui ignore tout de toi.

Quand on m'a ouvert les yeux,
Je me suis montré patient.
Ma vie a pris un tourment
Que l'esprit trouve insidieux.
Tu m'obsèdes, tu m'habites,
Tu brûles sans cesse ma flamme.
Croqueuse d'homme, chiqueuse d'âme,
Tu mords la chair qui t'abrite.

Mais comment parler de toi
Toi qui a mis le feu aux poudres,
Toi, mon pire coup de foudre,
Moi qui ai mal de toi.

Au lit je me sens si vieux
Quand tu me donnes la fièvre.
Tes baisers pincent mes lèvres
Et je deviens ton cireux.
Pourtant un jour inconscient,
Un jour, tu m'enlèveras,
C'est fatal, cheval de Troie:
C'est la marque des amants.

Mais comment parler de toi,
Tu es celle qui m'éteint
Celle qu'il me faut tuer.
Toi qui es une fin en moi.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Métaphoriquement parlant aussi, et bien ... ! (Initialement, j'avais pensé à une tumeur ...)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur