1
min

La fenêtre

Image de Cathy M

Cathy M

24 lectures

0

Lorsque certains jours dans la vie le ciel pleure,
Des gouttes de pluie naissent au bord de tes yeux gris,
Gris comme le ciel, grise comme ta demeure,
Puisque ton Amour d’un coup de vent s’est enfui.

Derrière le rideau de pluie, rose et transparent,
Tu guettes la fin de la tempête, tu souris.
Tu es là, immobile, main tremblante, cœur battant :
Elle pourrait ramener ton amour dans ton huis...

Voici une hirondelle, voilà un homme séduit.
L’une veut faire son nid et l’autre est déjà conquis
Par les soirs d’été à venir et tes yeux clairs.

Je n’oserais te comparer à la rose :
Elle fane et meurs, toi, tu crois encore à cette chose,
L’amour. Le printemps succède toujours à l’hiver.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,