1
min

La disproportion

Image de Chem Assayag

Chem Assayag

11 lectures

0

Des frissons malingres hantent mes dents et leurs canines,
Mes côtes aiguisées perforent un souffle qui est une terreur rêche et impalpable,
Mes cuisses blafardes sont des fibres calcifiées et nouées,
Les os sifflent, le cœur blasphème, les doigts brûlent, la tête est l’étau de son propre emprisonnement, et mes yeux raclent un horizon qui disparaît dans la fente rétrécie et épuisée de mes paupières
La douleur riante annihile ce qui me fait vivant
Au loin, dans un cauchemar qui est désormais ma réalité, le vol humide d’un moustique perfore mes tympans.

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,