La dîme et le dédain

il y a
1 min
0
lecture
0

Étudiante pour l'obtention d'un Brevet des Métiers d'Art en Reliure et Dorure. Travaille dans un fast-food pour payer mes études. Écrivaine par passion  [+]

À chaque nouveau texte, nouvelle tuile.
Mes mots englués dans de l'huile de moteur,
Ressemblent à de la merde et en ont même l'odeur.
Question de valeur, disons qu'ils s'échouent sur l'ironie du coeur.
Dans la dégustation de rime, je trime
Afin de récolter la dîme et le dédain des autres,
Vous n'êtes que des voleurs d'ennui qui tentent de racheter leur faute.
Moi je ne vous pardonne pas, votre lâcheté et vos défauts,
Les plus vils de vos pêchés m'entraînent au fond des flots.
La hampe florale n'est plus qu'un doigt de cendre, que la honte meurt dans mes bras ! J'acquiesce et je glisse vers les abysses,
Je ne fais pas attention à la détresse,
Les cris sont les âmes de ceux qu'elle blesse.
Je suis la fille de Penia, je suis née du désespoir,
Celui qui a fait vivre mon esprit et le noya.
Je suis née d'une volonté de valoir
Qu’entonna la mère des pauvres dans le noir.
J'ai l'impression de stagner c'est une question de place,
Que je ne saurais défendre, je ne suis pas très loquace.
Seuls mes mots sont une panacée dans mon ciel de plomb,
Ils forment des idées dépassées
Et espèrent que le temps soit fécond.
Perso je les enterre, histoire d'en creuser le fond.
À chaque nouveau texte, nouvelle tuile,
Un pré-texte, c'est trop facile.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !