La corbeille en feu

il y a
1 min
36
lectures
6

« Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. » Pierre Dac  [+]

[ Dans les épisodes précédents :

Jamais auparavant, jamais avant toi, je n'ai eu cette impression d'être comme une boule de papier froissé.

La page d'un livre qu'on a soudain déchirée et jetée à la corbeille...

Sur un mouvement d'humeur, une envie de turn-over.

Et qu'on défroisse de temps en temps pour relire tel passage d'un œil et d'un cœur distraits.

La page de notre livre, que tu n'as pas laissé s'écrire jusqu'au bout.

Saboteur d'avenir.
Cancre.

Je vais tant pleurer penchée sur ce papier que l'encre va s'effacer, l'écriture de notre histoire devenir invisible.

Je veux faire imploser par la force de mon esprit le souvenir de toi en de minuscules poussières de rien.

A partir de maintenant tu peux considérer qu'il y a un léger froid entre nous.]


* * *

A partir de ce moment-là, il y eut un léger froid entre eux.

Les pleurs toutefois n’avaient pas suffi à effacer la couleur de l’encre,
A peine un peu passée sous les gouttes salées.

Pour Être malgré tout,
Elle sortait parfois du fond de la corbeille,
Elle bruissait et devenait plume, écrivait quelques lignes, pour se distraire un peu,

Et puis elle retournait, petite boule pliée à la place où il l’avait jetée.

Un jour, d’un petit geste sec, avec une allumette trouvée dans un tiroir de son cœur torturé,

Mais avait-il un cœur,

Sans égard aucun pour Elle et Lui, qui s’étaient trouvés naguère par mutuelle évidence,

Sans conscience de la beauté du lien qui les avait unis,

Sans penser un instant à défroisser la page, à la caresser pour la relire mieux,

La lire avec tendresse,

La lire avec l’amour qui aurait dû grandir quand la passion s’endormait comme les passions s’endorment,

Un jour, d’un petit geste sec, il mit le feu.

Sans non plus un regard,
Pour les cris silencieux de la boule de papier défroissée par les flammes,
Grimaçante,
Dans une danse rouge et bleue douloureuse et gracieuse.

Et puis les cendres.

Au milieu des poussières grises, un carré blanc aux contours incertains et noircis, petit bout de papier miraculé de l’incendie monstrueux.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gaby S
Gaby S · il y a
Beaucoup de grâce dans vos écrits...
Image de Laurence Bedos
Laurence Bedos · il y a
Bonjour Gaby
Merci beaucoup.
Je suis d'autant plus touchée par votre avis que je viens de découvrir sur votre page une magnifique plume !!!

Image de JLK
JLK · il y a
Petit bout de papier
Miraculé
Quelqu'un viendra peut-être
Te ramasser...

Image de Laurence Bedos
Laurence Bedos · il y a
Si seulement...
Image de Didou Didlou
Didou Didlou · il y a
Hey Laurence j aime beaucoup ton texte ,j ai un faible jusqu'à Saboteur d avenir ,c est beau ,bravo

Et qu'on défroisse de temps en temps pour relire tel passage d'un œil et d'un cœur distraits.

Image de Laurence Bedos
Laurence Bedos · il y a
Merci beaucoup Didier :-)
Tu connaissais déjà la saison 1
La saison 2 seulement est nouvelle : le feu 🔥
Bisous