La connivence des angles

il y a
1 min
5
lectures
0
La connivence des angles



La merveille est effarouchée
comme la durée baliverne

au bout des rayons féaux de la main
le partir de verre
la silencie

et pour surcroître le divis
en l'un des quadrangles
viennent s'épanouir
les fiançailles du bleu et du vert
d'avant l'oeil et la voix


Le languissant métal
démasqué de ses argents
étrange les mirances

fait fluer
jusqu'à la satrapie des soifs
ses hydries en puissance

et par son coude épiphane
chève luire


Au très aigu de l'aisceau
qui stratifie des épures d'abiès et de bêtes
autour d'un disque veule
l'évasion acajou atteint à la siderémie


À cet instant où la simultanéité
les ravit
la systole vigilante

déperlée

roule dans le faisceau de soleil
qui pyramide
à même les écarlates de la base ouatinée
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,