La bouchée byzantine

il y a
1 min
4
lectures
0

Je suis une poussière qui partage un destin universel, je profite de ma deuxième vie après la mort en me laissant aller sur les mots qui me hantent. Amateur de premier ordre, je conte la fiction  [+]

Sur l’étendue des plaines,
Sous les terres de glaise,
Des enferrés de bois de tilleul en décomposition
Se reposaient du temps qui trace

Sous la braise des clous rouillés
Sur les flaques de hautes pluies acides,
Une odeur du cuivre nappait l’ancien cimetière
D’une brume orangée et presque engorgeante

Un bâtiment posé au loin,
Enfoncé jusqu’aux racines d’anciens boulots,
Régnait sur la mort
Et dans l’au-delà de nos pensées d’envie de la posséder

D’un blanc âcre et pesant,
Le crépi entaché de sang
Entourait sa couverture

Sur le corps et la chair du schiste,
De petites briques de la taille d’un orteil,
Habillaient la nef d’un rouge poison vif et frayant

La basilique abritait en secret,
Des génies, des djinns et d’autres créatures en forme d’anges

Dans l’anti-chambre du sous-sol,
Fermée à moult tours de clé de plusieurs dents,
Le pire y était caché

Les barreaux laissaient apparaître
Un bruissement d’une forme incendiée;
Un gémissement grandissait
Sous ma peau de poule mouillée de ma propre urine;
La mal attendait, les griffes au torse

Avais-je le temps de prier sa clémence
Pour ne pas y passer?

Ma pauvre caboche ne bougea point sur le sol,
Je ne l’ai pas vu venir celle-là!
Cette mort rassurante...

J’ai prié mon bourreau,
Est-ce humain?
Est-ce lâche?
Est-ce moi?

L’enfer assurément...


« Le malin des Injustiriens »
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,