La bataille des Barbouilleurs

il y a
1 min
665
lectures
83
Qualifié

Je vous souhaite la bienvenue sur ma page ! Mon dernier texte en date : AU CROISEMENT DES POSSIBLES (Prix des 10 ans) À redécouvrir : UNE ÂME DE VERRE (Prix Renaissances) et RETOUR DE  [+]

Image de Automne 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Sur la grand-place aux peintres du dimanche,
Une foule compacte fait la manche.
On brandit sa palette, son pinceau,
On veut de force emporter le morceau.

Pour cent écus c’est la foire d’empoigne.
Du ring des pugilats nul ne s’éloigne
Il faut élire le roi des menteurs,
Parmi les rangs de ces bonimenteurs.

Traits lourds, fausses couleurs et subterfuge,
Leurs tableaux ont valeur de vermifuge,
Les charlatans infatués, le teint talqué
Servent comptant leur art du décalqué.

Décoctions, poisons, jus de limace,
Flatter, salir, tout leur est efficace.
Pousser du coude et prendre le melon,
À coups de croche-pieds faire salon.

Le plus rusé de tous mène sa barque,
Pour conserver son règne de monarque.
Aux courtisans toujours un mot gentil,
De la victoire le meilleur outil.

Et bientôt le voisin, l’atrabilaire
Voit tous ses rêves se faire la paire
Sur le poteau le voilà bien coiffé
Mèche pendante, et de gloire assoiffé.

Le vainqueur bêle et se remplit les fouilles,
Il est ravi d’avoir cuit sa tambouille,
Dans cette mare le faquin grenouille,
À l’encan nous revend ce qu’il barbouille.

Même si l’acte est bien peu rutilant,
Il a son dû. Le sieur s’en bat les flancs.
83

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !