L’orage et le randonneur

il y a
1 min
481
lectures
96
Qualifié

Vous êtes les bienvenus sur ma page ! L’hiver 21 arrive avec « Le vert de trop », « Retour de guerre » « Huit en ballade », « Mes anges couturières », « Fin de siècle à  [+]

Image de Été 2020

Sous les averses drues rayant un ciel bâché,
Sans les espoirs éteints du grand départ gâché,
Le randonneur têtu sent retomber sa fièvre
Et ressemble plutôt à la tortue qu’au lièvre.

Captif en son réduit sans balcon ni jardin,
Il a connu le sort du pauvre citadin
Que le soleil narguait en matraquant l’asphalte,
Lourd d’un désir d’air pur que l’affreux manque exalte.

Sur l’almanach du songe il a coché les jours,
Rabougri dans l’effroi du long compte à rebours,
Puis vint la liberté, vint ce jour féerique,
Deux pas puis trois dehors, dans la hâte euphorique

De retrouver les fleurs, les chemins, les oiseaux.
Mais la pluie contre lui lance ses vifs ciseaux,
Ses vêtements trempés sont mûrs pour l’essorage,
Tandis que les éclairs zèbrent le ciel d’orage.

Le tumulte s’arrête et les âpres senteurs
De terre, d’herbe humide, instillent leurs langueurs.
Un arc-en-ciel jaillit, l’alouette s’élance,
Un lapereau surpris esquisse un pas de danse,

L’homme règle son pas sur les cailloux glissants,
Humant du sol mouillé les effluves puissants,
Repérant chaque chant de merle ou de mésange,
Chaque orvet sinueux que son bâton dérange.

Son âme est allégée, son trouble est oublié,
Aux éléments profonds il se sait relié,
La funeste chimère en un instant s’envole,
Vers l’horizon nacré sa foulée caracole.

Si les heures de plomb moquent le sablier,
Si l’énergie, brisée, lui rend son tablier,
L’être épris d’absolu cajole le beau rêve
D’une nature intacte et qui l’aime sans trêve.

96

Un petit mot pour l'auteur ? 133 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de André Page
André Page · il y a
C'est vrai que la première semaine du déconfinement il faisait un temps désastreux et ton personnage a finalement été plus courageux que moi :) Merci pour ce poème de redécouverte de la beauté du monde, Frédérique :)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un poème réellement inspiré par une pluie d’orage, André ! J’espère avoir communiqué un peu de mes impressions, je te remercie pour ton soutien !
Image de Zouzou Zouzou
Zouzou Zouzou · il y a
Le déconfinement nous a fait prendre des risques !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’est vrai Zouzou, merci pour votre amusante remarque et votre soutien !
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Magnifique Fred !!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Marie pour votre sympathique commentaire et votre soutien !
Image de Christophe Pascal
Christophe Pascal · il y a
Ça donne envie d'aller faire un tour...
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci beaucoup Christophe, et bonne balade !
Image de Michel Armand Demai
Michel Armand Demai · il y a
C'est le genre de poésie qui me plaît, bien travaillée, pas trop "spontanée"... Elle coule comme un verre de saint-émilion avec un morceau de fromage... :)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un grand merci Michel Armand, et pardon pour le retard de réponse. J’apprécie votre commentaire très agréable et je trinque à votre santé et à la poésie !
Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
Le randonneur qui aspire à retrouver la nature qui toujours lui révèle sa nature profonde. J’aime ce poème dont la forme est comme toujours parfaitement maîtrisée sous ta plume qui nous offre quelques pépites
(«Mais la pluie contre lui lance ses vifs ciseaux » et les 2 derniers quatrains sont sublimes). Merci Fred

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Cerise pour ta visite qui me fait très plaisir, c’est un orage qui m’a donné l’idée de ce poème.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un rythme, des rimes et de belles images pour cette poésie attachante, Fred ! Une invitation à accueillir "l'Exilé", ma première tentative de sonnet néo-classique ! Bon week-end !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Keith et bon courage avec ton sonnet pour la suite car la concurrence est rude pour tenir la tête dans le néo-classique ( je ne parle pas de moi, là)
Je viendrai le lire, je l’ai déjà aperçu rapidement. Bonne continuation Keith !

Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Un bien beau poème. J'aime les effluves puissants qui se dégagent après un orage. Et si l'homme se sent relié aux éléments profonds... ce randonneur oui, épris d'absolu cajole ce beau rêve d'une nature intacte, il pourrait la ressentir,la humer, la voir, se fondre en elle l'aimer, et puis ce manque d'eau...Un rêve que "tout le monde" ne fait pas. Christian l'exprime bien mieux.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Gina pour votre visite et votre commentaire plein d’empathie.
J’ai été inspirée par un véritable orage. L’eau, c’est la vie (enfin la plupart du temps, comme souvent c’est une question de quantité en un temps donné...)

Image de Christian Wacrenier
Christian Wacrenier · il y a
Petit désaccord sur la nature qui aime l'homme (la monde est une fête où le meurtre fourmille et la création se dévore en famille) sinon tu maîtrises les règles de la versification avec brio. J'oserais dire que tu as de qui tenir!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Tu peux oser, Christian, car c’est vrai !🙂
Pour la fin j’ai hésité entre « qui l’aime » et qu’il aime », je plaisante à peine.
La nature n’a pas d’états d’âme et tout ça, c’est de l’imaginaire.
Beaucoup de broderies sur le thème de la vengeance de la nature ont été produites récemment, et c’est sans doute ce qui m’a influencée en réaction.
Merci beaucoup pour ton passage et profitez bien de cet été très spécial...

Image de jc jr
jc jr · il y a
Joli déconfinement. Du manque nait le besoin et l'appréciation très fine d'une nature intacte.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’était un pas à franchir avant d’en parcourir beaucoup d’autre. Merci beaucoup Jc Jr !

Vous aimerez aussi !