L'orage

il y a
1 min
788
lectures
110
Qualifié

"L’écrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre, c’est l’écrit et ça passe comme rien d’autre ne passe dans la vie, rien de plus, sauf elle, la vie." Marguerite Duras  [+]

Image de Automne 2016
Le ciel ne fut jamais à ce point consistant,
L’air est immensément palpable, ahurissant.
Le gris en a lesté les nuages enflés
Qui roulent lourdement tels des chevaux plombés.

Le temps reste en suspens et les oiseaux le suivent,
Se taisent, attendant que tombe l’offensive,
Leur plumage gonflé n’est qu’une frêle armure
Face au vent qui grossit comme une boursouflure.

La bourrasque déboule, affreusement sauvage,
Fouette et tord chaque arbre avec vacarme et rage.
La tourmente descend encore un peu plus bas
Racler l’herbe fléchie que le souffle rudoie.

La voûte s’est crevée dans un mugissement
Qui s’en vient résonner avec effarement
Au flanc du relief qui se montre inflexible
Face à ces éléments qui l’ont choisi pour cible.

Enfin la pluie s’abat de ses gouttes cinglantes,
Gifle les frondaisons en larmes déferlantes
Quand zèbrent des éclairs dans les cieux ravagés,
L’horizon foudroyé en est dévisagé.

110

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !