1
min

L'oiseau bleu

Image de Dragan

Dragan

1 lecture

0

Sous elle le soleil s était couché, dompté par le fiacre du néant. Il emportait le temps de la nuit, avalé dans épaisse muraille de l obscurité.

Sous les vieux chênes centenaires, où un regard crevait l oeil borgne d un hêtre fatigué de lutter pour un mince rai de lumière se cachait l oiseau bleu .

Dans ses yeux se lisait une peur nourrie par les trésors noirs des coffres de l âme.
Cachée, elle caressait le rêve naïf d un bonheur qu elle épouserait en secret ,et attendait le retour de l astre infidèle, pour que la nuit voleuse rende le jour à la terre.

Dans le creux du hêtre en sommeil où son être plein de crainte mourrait chaque soir un peu plus, les épaules lourdes elle rêvait tout en se blottissant dans l épais duvet d une pensée qui la rassurerait un jour.
Plongée au coeur du ventre des forêts de jade chargées du soleil trop généreux de l été, elle s endormait, et sous le toit de l humanité, je me suis arrêté à cette petite odeur de peur que je sentais.

Je lui ai murmuré tout bas << tu manques à ma vie triste,là haut les anges m ont murmuré tes chemins, viens avec moi, envolons nous, gagnons le bleu qui danse seulement pour nous.>>

Sa robe bleue alors trembla à la lanterne de mes mots, et au creux de ce vieil arbre usé, j ai vu naître un être d lumière. Avec le soleil dans son infidélité permanente s ouvrit la grande fenêtre de la vie,laissant s échapper le feu de la passion illuminant l épaisse forêt qui se paraît doucement d émeraude à l aurore naissante.
Au fond de mon coeur dansait une larme,accourue des flammes belles de mon âme remplie d or. et je lui promis de ne plus avoir froid en son coeur.

Cet arbre borgne ne le serait plus, et dans nos yeux l amour brillerait pour l éternité.

La peur quitta ces lieux pour d autres, et plus bas,sur le tapis d aventurine se jouait l histoire des fleurs ouvrant leurs coeurs a l amant toujours pressé, émissaire de toute vie,qui dans le bleu voyage à jamais : le soleil, qui ouvre nos ailes et les portes de nos âmes.
Sa chevelure brûle le pêché niché en nos coeurs,et dans ce paradis au goût de miel,j entends venir l amour,et je lui dis<< viens ,viens avec moi éclabousser le ciel du bleu-roi de nos ailes,montrons au monde entier comme nos cieurs trop jeunes de savoir vont s aimer ,volons dans l image qu il nous donne,eblouissons de nos coeurs ivres les fleurs en pleine lumière.

Fais disparaître ta peur dans les châteaux des cieux,profite du temps qui ne s attarde pas à jouer et brode d or les étriers du ciel en rêvant d un amour géant.

Aimons nous pour toujours, sous le couvert des grand chênes et jusqu'au profond de l œil céleste,perdons-nous dans son bruit infini...
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,